Tabaski : Sonko ouvre sa campagne et réitère ses propos

Le maire de la capitale du Sud du pays, à l’issue de la prière de l’Aïd El Kébir à la Mosquée des Hlm, a fait face à la presse à son domicile.

« Nous vivons la fête de Tabaski dans l’émoi à cause des décès de Bignona et de Ziguinchor. Nous partageons la peine des familles.
Nous demandons aux sénégalais d’anticiper les choses avant que le pire ne se produise. Le procureur de Ziguinchor réquisitionne toujours les corps.

Il a rejeté le médecin légiste choisi par la famille pour la contre-expertise alors qu’en matière de contre-expertise, il n’a pas la prérogative de proposer un spécialiste. Il a préféré envoyer une note à l’ordre des médecins pour s’attacher les services d’un médecin. Ces agissements ciblés et ces stigmatisations contre la Casamance doivent s’arrêter », a dit Ousmane Sonko.

« Je persiste que le président a un problème avec la Casamance. Il le fait toujours et même dans les manifestations, il ordonne aux forces de défense et de sécurité à tirer à balle réelle et tuer des jeunes en Casamance. Je le maintiens entièrement et intégralement jusqu’à ce que la situation change », souligne l’opposant au régime de Macky Sall.

« Je m’adresse à ceux-là, quand ils n’ont pas le courage de dénoncer l’injustice, ils n’ont qu’à avoir la pudeur de se taire. J’appelle tout Sénégalais épris de justice de se lever pour dire non à Macky Sall avec son projet ethniciste. Mon ambition c’est de diriger le Sénégal. Ceux qui soutiennent le projet ethniciste contre moi n’ont qu’à déchanter parce que je suis cosmopolite. J’ai des parents partout au Sénégal et je suis à l’aise partout où je suis », précise Ousmane Sonko.

Assane SEYE-Senegal7