Accueil Actualités Tanor-Khalifa : Les dessous d’une réconciliation sur fond d’armistice

Tanor-Khalifa : Les dessous d’une réconciliation sur fond d’armistice

Après la tempête, le beau temps. C’est ce à quoi Ousmane Tanor Dieng et ses camarades de parti appellent les dissidents et à leur tête Khalifa Sall, ancien maire de Dakar. Mais sur fond de retrouvailles mal menées, les verts semblent bien vouloir  sous-entendre un armistice à l’endroit de l’ancien maire de Dakar. Ce qui démontre à suffisance que  ce dernier a été victime d’une cabale montée de toute pièce par un parti socialiste téléguidé par le Macky.

L’armistice brandi ça et là pour tirer d’affaire Khalifa Sall semble un blanc-seing dûment élaboré par le parti socialiste qui avait pourtant porté plainte contre «  ses fils » en 2016 pour saccage de la de leur permanence. C’était le début des déboires  de Khalifa Sall qui allaient au final déboucher sur la caisse d’avance de sa municipalité en raison de ses ambitions présidentialiste. En effet lorgner le fauteuil présidentiel était un crime de lèse-majesté que le pouvoir et le parti socialiste ne pouvaient accepter à l’époque. Comble du destin, il fallait que Khalifa soit jeté en pâture pour assouvir les intentions manifestes d’un pouvoir qui ne voulait plus d’un allié devenu encombrant. La caisse d’avance fut convoquée et la Justice   diligentât l’affaire au bon vouloir de l’énarque. Et la date butoir de tout ce grabuge autour de Khalifa Sall était la proclamation des résultats du scrutin présidentiel. Macky Sall remporta la mise et Ousmane Tanor Dieng respira en pleins poumons pour enfin consentir desserrer l’étau autour de l’ancien maire de Dakar. Aujourd’hui plus que jamais, le parti socialiste voudrait voler au secours de son fils qu’il aimait bien mais qu’il fallait châtier à la faveur des circonstances. Les retrouvailles   de la famille des verts sont plus qu’actuelles mais sur fond d’armistice. Ousmane Tanor Dieng et Cie voudraient bien d’un armistice mais à condition que l’ancien maire de Dakar veuille bien fumer le calumet de paix avec eux. Dire que la politique, ce n’est pas entre le bien et le mal mais entre le préférable et le détestable, disait un penseur.

Assane SEYE-Senegal7