edition

Tchad : La France a-t-elle validé le coup d’état ?

La mort du Président Idriss Déby a provoqué un chamboulement de l’ordre démocratique au Tchad. Le conseil militaire de transition dirigé par le fils du défunt Chef d’état a mis en place une charte de transition prévoyant l’abrogation de la Constitution et une transition de dix huit (18) mois. Une démarche vivement critiquée par l’opposition tchadienne qui crie au coup d’état, « le rôle des militaires est d’assurer la sécurité aux frontières, pas de prendre le pouvoir », a déclaré Mahamat Bichara, le porte-parole de l’opposition. Toutefois, les opposants semblent esseulés dans cette dynamique de contestation avec le mutisme notamment de la France qui jusque-là se garde de condamner le bouleversement de l’ordre institutionnel. Mieux, Emmanuel Macron fera le déplacement au Tchad pour assister aux obsèques du Président Idriss Déby Itno. Un déplacement qui soulève bien des interrogations. C’est un secret de polichinelle, la France a toujours œuvré pour sauver le soldat Déby qui a, plus d’une fois, vu son fauteuil vaciller sous les coups de boutoir de la rébellion. C’est de notoriété publique, la France a très souvent foulé au pied ses principes sacro-saint pour soutenir leur « ami » au Sahel qui ne se distinguait pourtant pas par ses vertus démocratiques. Tout indique que l’ancienne métropole ne va pas changer de fusil d’épaule. La présence d’Emmanuel Macron au Tchad sonne comme un adoubement du jeune « putschiste » Mahamat Idriss Déby Itno. L’image du Président de la république française serrant la main au jeune Général ne manquera pas de faire le tour du monde. Elle révélera encore une certaine fourberie d’une France qui au nom de la démocratie élimine Khadafi mais se retient de condamner la suspension du processus démocratique au Tchad. La ligne de l’Elysée semble claire face à la situation dans ce pays : mieux vaut s’accommoder de généraux putschistes que de s’embarrasser de légions extrémistes.

Mbissane TINE-Senegal7