L'Actualité en Temps Réel

Technologie : Rapprochement à petits pas entre Israël et l’Ukraine

Un système d’alerte destiné à protéger la population en cas de tirs russes devrait être livré bientôt à Kiev. Après des mois de tergiversations et de crispations, Israël entrouvre prudemment son arsenal à la suite des demandes pressantes de Kiev. Précisément alors que le retour au pouvoir de Benjamin Nétanyahou, connu pour cultiver une relation personnelle avec le président russe, Vladimir Poutine, laissait envisager un gel.

« Israël va fournir à notre pays des technologies avancées de détection des menaces aériennes. Il s’agit de systèmes d’alertes géographiquement beaucoup plus précis que ceux dont l’Ukraine dispose aujourd’hui pour prévenir la population ukrainienne en cas de tirs de missiles et de drones ennemis », indique au Monde l’ambassadeur d’Ukraine en Israël, Yevhen Korniïtchouk.

« Cette technologie est officiellement transférée par la partie israélienne. Et je pense que dans un certain laps de temps, nous la recevrons dans son intégralité », indique le diplomate, qui souligne que la demande ukrainienne remonte à plusieurs mois. Dès le mois d’octobre 2022, le précédent gouvernement israélien, mené par Yaïr Lapid, avait annoncé qu’il fournirait à l’Ukraine un système d’alerte aux civils – tout en excluant une nouvelle fois de livrer des armes.

L’Etat hébreu craint des représailles russes en Syrie, où Moscou a déployé un contingent depuis 2015. Ces forces laissent l’aviation israélienne y frapper des intérêts iraniens – le second parrain du régime syrien –, notamment afin de contenir des transferts d’armes à proximité de ses frontières avec la Syrie et le Liban.

Incompréhension mutuelle Plusieurs sources indiquent qu’Israël fournirait déjà cependant discrètement du renseignement et des technologies militaires (guidage de tir, visions nocturne et infrarouge) à l’Ukraine à travers des sociétés privées et des pays tiers, sans qu’il soit possible de vérifier ces informations.

Sans doute sous la pression de Washington, Jérusalem a cessé de s’opposer au transfert vers l’Ukraine d’un dépôt stratégique de munitions d’artillerie américaines stockées sur son territoire, indiquait le New York Times dans son édition du 17 janvier. Environ la moitié des 300 000 munitions destinées à l’Ukraine (soit l’équivalent de ce que tire l’artillerie ukrainienne en trois mois) ont déjà été expédiées en Europe et seront livrées via la Pologne, selon des responsables israéliens et américains cités par le quotidien.

Ces gestes sont susceptibles de réchauffer les relations israél ou ukrainiennes, plutôt tièdes depuis le début de l’invasion russe à cause de la posture « neutre » de Jérusalem dans le conflit. Surtout après le net refroidissement observé fin 2022, du fait de la reprise des contacts au plus haut niveau entre Moscou et Jérusalem. Mi-décembre, M. Poutine a appelé M. Nétanyahou pour le féliciter de sa victoire aux législatives.

Deux semaines plus tard, ce dernier s’est entretenu avec le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, dans un échange qui n’a pas détendu l’atmosphère. Puis, le 3 janvier, le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a appelé son homologue israélien, Eli Cohen, à peine entré en fonctions, au grand dam de la diplomatie ukrainienne.

A défaut de fournir des armes, le gouvernement de Yaïr Lapid avait du moins refusé tout contact avec Sergueï Lavrov et avait condamné les crimes de guerre commis par l’armée russe. M. Cohen avait, dans son premier discours officiel début janvier, signalé une « révision » de la position israélienne sur le conflit russo­ukrainien, notamment une volonté de « moins parler publiquement » sur ce thème. Tout en continuant de fournir de l’aide humanitaire à l’Ukraine, qui a représenté jusqu’ici environ 30 millions de dollars (27,5 millions d’euros).

Le ministre ukrainien des affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a dû attendre le 19 janvier pour une première conversation téléphonique avec son homologue israélien, au cours de laquelle Eli Cohen a annoncé la réouverture, « d’ici à soixante jours », de l’ambassade israélienne à Kiev, relocalisée à Lviv depuis le début de l’invasion russe pour des raisons de sécurité.

Le ministre israélien a également accepté une invitation à se rendre en Ukraine, sans fixer de date. Avant que l’attention internationale ne se focalise sur l’Allemagne et son refus de fournir des chars Leopard à l’Ukraine, l’Etat hébreu faisait fréquemment Èl’objet de remontrances de Kiev en raison de son opposition à la livraison de systèmes antiaériens.

En septembre, M. Zelensky s’était dit « choqué » qu’Israël refuse de fournir des défenses antiaériennes à son pays. « Je ne comprends pas ce qui est arrivé à Israël », protestait le chef d’Etat, qui est d’origine juive. L’incompréhension est mutuelle.

« L’opinion publique israélienne est très largement favorable à l’Ukraine, mais elle est aussi extrêmement sensible aux votes, à l’ONU, des résolutions condamnant leur pays à propos du conflit israélo­-palestinien », note Milan Czerny, chercheur spécialiste des relations russo ­israéliennes. Or, aux Nations unies, l’Ukraine ne se classe pas parmi les alliés d’Israël, votant tantôt contre, tantôt s’abstenant, rapporte le Monde.

 

A LIRE AUSSI :  UKRAINE : LES OCCIDENTAUX HÉSITENT ENCORE À LIVRER DES CHARS

Assane SEYE-Senegal7