L'Actualité en Temps Réel

Tensions entre les deux Corées : La sœur du leader nord-coréen jette de l’huile sur le feu

Après avoir effectué un essai de missile balistique intercontinental fin mars, le régime nord-coréen poursuit sa stratégie offensive envers le Sud. Frappe nucléaire en cas d’attaque, insulte envers le ministre de la Défense sud-coréen : les dernières déclarations de Kim Yo-jong, la sœur du leader nord-coréen, semblent ouvrir la porte à une nouvelle période de relation compliquée entre les deux Corées.

La guerre en Ukraine et la confrontation entre la Chine et les États-Unis offrent au régime nord-coréen une marge de manœuvre intéressante pour poursuivre les actes hostiles sans risquer de subir de nouvelles sanctions de l’ONU. Dans ce contexte international extrêmement tendu, difficile d’imaginer Moscou et Pékin s’aligner sur Washington pour sanctionner Pyongyang.

À cela s’ajoutent les prises de positions du nouveau président sud-coréen Yoon Seok-yeol, qui entrera en fonction le 10 mai prochain. Favorable à une approche plus offensive des relations avec la Corée du Nord, il a évoqué à plusieurs reprises durant sa campagne la possibilité de frappes préventives en cas d’attaque imminente de Pyongyang.

Une menace à prendre au sérieux

Ce mardi 5 avril, Kim Yo-jong la très influente sœur du dictateur Kim Jong-un lui a répondu en agitant la menace de l’arme nucléaire en cas d’attaque du Sud. Une sortie aussi à destination de Suh Wook, l’actuel ministre de la Défense, qu’elle a traité de « fou » et « d’ordure », pour avoir expliqué que Séoul était en mesure effectuer des frappes de précisions sur des sites de lancement de missiles nord-coréens.

Le numéro un de l’armée nord-coréenne Park Jong-chon a également évoqué d’éventuelles ripostes militaires, mais Kim Yo-jong n’est pas n’importe qui au sein du régime. La sœur de Kim Jong-un possède un rôle très important au sein de l’appareil nord-coréen : beaucoup vue et entendue durant la période de négociations avec l’administration Trump, elle est la seule femme à siéger à la très puissante commission des affaires de l’État.

Ses propos ont été repris par la radio, la télévision et les journaux destinés à la population nord-coréenne, ce qui montre une réelle volonté de préparer l’opinion publique à un changement de direction dans les relations avec le Sud.

Assane SEYE-Senegal7