Accueil Actualités Terrorisme au Sénégal : La France confirme «même s’il n’est pas menaçant,...

Terrorisme au Sénégal : La France confirme «même s’il n’est pas menaçant, le terrorisme est bien présent au Sénégal»

Publicité 3

Faisant le point sur les défis sécuritaires, dans le cadre de la coopération entre le Sénégal et la France, notamment la lutte contre le terrorisme, le ministre français de l’Intérieur a déclaré que «même s’il n’est pas menaçant, le terrorisme est bien présent au Sénégal». Pourtant, en octobre 2015, Dr Babacar Samb de Timbuktu Institute, avait fait la révélation. Il n’a été que conformé par la France.

La France confirme…

L’information a été donnée par le ministre français de l’Intérieur, Christophe Castaner. En visite au Sénégal depuis lundi, le ministre français a eu, une séance de travail avec son homologue sénégalais, Aly Ngouille Ndiaye, avant d’être reçu en audience par le Président Macky Sall.

En effet, faisant le point sur les défis sécuritaires, dans le cadre de la coopération entre le Sénégal et la France, notamment la lutte contre le terrorisme, il dira que «même s’il n’est pas menaçant, le terrorisme est bien présent au Sénégal».

En ce sens, les autorités Sénégalaises ont pris l’affaire au sérieux. Or que des informations similaires ont été livrées par l`enseignant chercheur Bakary Samb. Mais ces dires n’ont pas été pris en considération.

…Dr Bacary Samb avait fait la révélation

C’est en octobre 2015 sur une présentation sur «Les nouvelles menaces : enjeux et défis» que l`enseignant chercheur Bakary Samb présentant le cours inaugural lors du lancement du Master II en «Défense, sécurité et paix» du Centre des hautes études de défense et de sécurité (CHEDS) a fait la révélation.

Publicité
Publicité

Dans une étude effectuée par l’Observatoire des Radicalismes et Conflits Religieux en Afrique, dénommé Timbuktu Institute, Dr Samb a révélé la prévalence et la latence du radicalisme islamique au Sénégal.

«Sur les 400 jeunes interrogés, près de 10% se disent prêts à rejoindre l’islam radical». Les équipes du professeur Bakary Samb déployées aux Parcelles Assainies, à Pikine et à Guédiawaye pour enquêter sur la perception du terrorisme chez les jeunes habitants de la banlieue dakaroise, ont révélé que près de 400 jeunes interrogés, ont indexé la défaillance de l’Etat par rapport au règlement de la pauvreté et du chômage qui sont des germes pour le radicalisme.

«Une partie de la jeunesse sénégalaise (moins de 10%), victime de la pauvreté et du chômage, serait tentée par le radicalisme religieux. Ces jeunes accusent l’Etat du Sénégal d’être responsable de cette situation».

Et l’étude révélé que «ces jeunes pour la plupart âgés entre 18 et 35 ans, répondant à un questionnaire comprenant une quarantaine de points, selon les indications de RFI, considéreraient «majoritairement l’Etat comme «défaillant» dans sa lutte contre le terrorisme». Selon l’étude, «ces jeunes de la banlieue dakaroise sont majoritairement célibataires et plus d’un tiers n’exercent aucune activité rémunératrice bien que plus de 90% d’entre eux ont été scolarisés».
senegal7

Abonnez-vous pour regarder plus de vidéos


Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

14 − 13 =