Accueil Actualités Thierno Bocoum tire sur le ministre de la Santé: «Les comptes rendus...

Thierno Bocoum tire sur le ministre de la Santé: «Les comptes rendus quotidiens sur l’évolution du Covid-19 ne rassurent pas»

Une communication de crise est différente d’une communication politique ou institutionnelle. C’est ce que veut faire comprendre le président du mouvement Agir à l’Etat. D’après Thierno Bocoum, le gouvernement, dans sa gestion de cette pandémie, adopte une posture des plus politiques.

Si le nombre de cas communautaires annoncé hier a rassuré plus d’un (0 sur l’ensemble des tests effectués), ce n’est pas le cas chez Thierno Bocoum. Pour ce dernier, crier victoire est encore tôt. «Après avoir déclaré la guerre aux cas communautaires, les autorités nous annoncent ce jeudi 9 qu’aucun cas communautaire n’a été relevé, sans aucune forme de précision. Laissant ainsi croire à un résultat positif qui est d’ailleurs fêté sur les réseaux sociaux», relève-t-il. Pour le président du mouvement Agir, les résultats obtenus jeudi devaient au contraire être une alerte. «L’acceptation d’être revenu bredouille d’une traque aurait été la meilleure posture communicationnelle pour mieux alerter les populations qui doivent mesurer pleinement les enjeux, afin d’y faire face», soutient-il. Avant de poursuivre : «le temps de l’épidémie n’est pas le temps de la propagande politique. Tirer la couverture sur les gouvernants plus que sur les populations semble être l’option de l’Etat».

«On ferme la nuit et on ouvre les vannes le jour. On cloisonne les villes et on décloisonne à travers des autorisations massives de circuler…»

Thierno Bocoum doute vraiment des résultats jugés jusque-là encourageants. Pour lui, les mesures prises sont encore faibles pour permettre prétendre à un contrôle des cas communautaires. «Le fait pour le gouvernement de nous faire croire qu’il peut traquer les cas communautaires est utopique. Les quartiers ciblés n’y changeront rien tant que les populations se déplacent et font de multiples va-et-vient. On veut repérer les cas communautaires sans élargir le champ des tests. On ferme la nuit et on ouvre les vannes le jour. On cloisonne les villes et on décloisonne à travers des autorisations massives de circuler», regrette Thierno Bocoum.
D’après le président du mouvement Agir, le gouvernement insiste plus sur le taux de guérison sans maîtriser le taux de prévalence. «Les statistiques qu’il ne cesse de brandir ne se basent que sur ce qui est découvert à travers un échantillonnage de personnes testées, insignifiant, puisque ne renseignant aucunement sur la situation réelle», soutient-il.

«Tous les pronostics risquent d’être caducs tant que le virus subsiste»

Pour Thierno Bocoum, il est inconcevable que sur les 1000 milliards, seuls 6,4% soient destinés aux dépenses liées à la santé. «J’avais dit à la suite du discours du président de la République ce 24 mars que parallèlement à la stratégie d’adaptation qui se matérialise à travers le programme de résilience sociale et économique, il fallait une stratégie d’endiguement qui est le gage de toute chance de résilience. D’autant plus que tous les pronostics risquent d’être caducs tant que le virus subsiste. Le personnel de santé envahit les réseaux sociaux pour réclamer des masques, des gants et des gels antiseptiques, au moment où on privilégie d’autres dépenses accessoires», souligne-t-il
Il recommande par ailleurs «un test massif et le port obligatoire de masque : mettre des masques à la disposition des populations et faire des tests en privilégiant les foyers épidémiques et associer le couvre-feu à la dispersion des rassemblements le jour et à l’exigence du respect des gestes barrières».

Azactu

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici