Accueil Contribution Tintamarre au tour du Président Sonko: Une Vérité ou une simple Victime...

Tintamarre au tour du Président Sonko: Une Vérité ou une simple Victime ! (Don gorel Ndiaye)

C’est derniers jours, on assiste à un théâtre digne d’un film hollywoodien à travers l’affaire Ousmane Sonko.
Depuis belles lurettes, on a remarqué que, l’avénement du Président Sonko constitue un pesant fort dans la nomenclature du système politique Sénégalais. Considéré comme le Leader incontesté de l’opposition, Monsieur Sonko s’est illustré de fort belles manières par ses sorties virulentes tant entendues par le peuple sénégalais. Il (Président Sonko) n’hésite en aucun moment, si l’occasion se présente, à tirer à bout portant sur la gestion du régime actuel.

Fureté du regard et de l’expérience acquise durant l’exercice de ses fonctions, le constat est unanime qu’il détient une maîtrise parfaite de ce qu’il avance. Des lors, nous pouvons affirmer que c’est ce qui lui a valut sa radiation. Nonobstant cette décision, il a continué à tenir la draguée haute en multipliant de jour en jour les révélations par des critiques acerbes et des mises au point jusqu’ici inouïes. Cela dit, il est adjugé comme le contrebalance du regime du Macky avec tous les risques qu’il comporte. D’aucuns le surnomment le Ché Sénégalais en faisant allusion au grand Che guevara, d’autres le considèrent comme une réincarnation du Capitaine Thomas Sankara. Mais force sera d’admettre qu’il a su glané une révolution dans l’esprit du peuple sénégalais particulièrement aux jeunes. A travers son ascension fulgurante dans la scène politique, il est désormais vu comme l’ennemie numéro 1 du pouvoir actuel. A cet effet, il n’a jamais cessé d’être victime de complot ou de machination machiavélique de la trempe des orchestrations maçonniques. Cependant, il avait fait l’objet de moult accusations d’où parfois il est salafiste et supposé terroriste ou même quelqu’un qui raconte des contres vérités en s’imaginant au ex nihilo.

Aux suites de tous ces avènement, le dernier en acte continue de faire couler beaucoup d’encre et de salive. Selon les informations répandues dans le pays, le Président Sonko est à l’origine d’une accusation de viol répété sur une dénommée Adji Sarr masseuse dans un salon de la place. En son article 320 du code pénal sénégalais, il est sans équivoque, que le législateur y ait abordé le viol comme: acte par le quel il y’a pénétration sexuelle de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence, menace, ou surprise. Des lors, pour qu’il puisse parler de viol il faudra prouver qu’il y ait concours de toutes ces circonstances prévues par le législateur sénégalais dans le code pénal. Si toutes fois, les uns soutiennent la thèse du viol il n’en demeure pas moins que les autres confirme l’idée de cabale politique. Au vu de ces derniers coup de supercherie dont le régime a fait montres, à l’endroit de ses opposants qui ont effleuré une velléités d’en mettre un terme, le principe est de défendre l’idée d’un complot politique. Comme très souvent en Afrique, tous les moyens et ruses sont bons pour liquider ses adversaires politiques. Aujourd’hui c’est avec désolations que nous fustigions l’attitude du gouvernement face à ses adversaires. Puisque nous ne sommes pas au premier cas de figure étant donné que l’affaire Karim wade et celle de khalifa Sall ne sont pas tombés dans les tiroirs de l’oubli.

Aujourd’hui plus que jamais, ces événements au tour du président Sonko ne cessent de consolider sa position à l’égard du peuple sénégalais. Un peuple qui le voit dans la plupart comme un Messi sauveur du pays dans les mains des représentants de « Dadjal ». Les manifestations et rassemblements de soutien dans ce sillage sont une parfaite illustration que la majorité de cette population n’abonde pas ce problème dans le même sens que les présumés comploteurs. Dès l’amorce de cette guéguerre, il était déjà facile de remarquer le procédé hâtif qu’ils ont arboré.

A l’espace de vingt-quatre heures un examen médical et un commencement d’un réquisitoire ont été déjà effectués avant même la levée éventuelle de l’immunité parlementaire du Président Sonko. D’ailleurs, une multitude d’éléments pouvait étayer l’idée de cette orchestration indigne et à la fois ignoble. Dans une république qui se veut démocratique, à l’époque où nous sommes, elle devrait y appliquer le principe du gouvernement du peuple. Cela dit , le peuple devait être le centre de prédilection pour ne pas dire le baromètre qui sert de repère au gouvernant. Mais on a tendance à voir que le pouvoir du peuple n’est effectif qu’en prélude d’élections.

Cependant, je ne me lancerai pas dans une logique d’affirmer ou d’infirmer les raisons qui ont poussé le président Sonko à fréquenter l’endroit sus dénommé. Par contre, je peux juste dire que le président Sonko ne sort du lot des mortels, ce qui peut lui faire prévaloir une liberté de fréquenter tout endroit qu’il désire. Par ailleurs, il n’est pas sans savoir que son aura ne lui permet plus certains actes pouvant être qualifiés comme bassesses ou négligences par certains.

Président vous n’avez plus droit à l’erreur d’autant plus que vous faites la fierté d’une partie de la population. De surcroît, la quasi-totalité de la jeunesse vous voit comme leur référence.
A peine d’être sacrifié Monsieur, c’est tout l’espoir de tout une jeunesse qui doit être préservé.
Dieu est Grand, Dieu est juste.
Qu’il apporte lumière à ce jeu jugé indigne.

Don gorel Ndiaye
Patriote un jour, patriote toujours!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici