Torture et mauvais traitements en milieu carcéral :  88 agents pénitenciers à l’école des droits humains

 L’Observatoire national des lieux de privation de liberté (ONLPL) en partenariat avec Amnesty international Sénégal a initié depuis hier jeudi une session de formation de deux (02) jours à l’intention des 88 élèves de la 5ème promotion de l’Ecole nationale de l’Administration pénitentiaire (ENAP) de Sébikotane.

Une session durant laquelle il sera question d’outiller ces agents de l’administration pénitentiaire sur les droits humains. Amener les matons à respecter scrupuleusement les droits humains en milieu carcéral tout en ayant une connaissance accrue des principes qui encadrent l’emploi de la force en milieu carcéral.

C’est l’objectif visé à travers cette formation destinée aux 65 élèves surveillants et 23 cadres de la 5ème promotion de l’Ecole nationale de l’administration pénitentiaire (ENAP) de Sébikotane. « Nous voulonsque la culture de la protection des droits humains soit une culture bien ancrée et que le comportement des agents soit en adéquation avec ce principe afin qu’on ne parle plus de traitement inhumain ou dégradant.

Nous voulons améliorer la capacité des agents pour que les détenus soient mieux protégés », a déclaré Mme Josette Marceline Lopez Ndiaye de l’Observateur national des lieux de privation de liberté. D’ailleurs, elle a noté que 273 élèves ont été formés dans ce sens en 2018 par l’institution de la prévention de torture et des mauvais traitements des personnes privées de libertés.

Ces modules sont axés sur une bonne maitrise de l’encadrement des cadres juridiques, national et international, mais aussi sur les droits humains qui interdisent la torture et autres formes de mauvais traitement. Une bonne trouvaille selon le directeur des droits humains et des droits de l’homme au ministère de la justice.

D’autant plus que le Sénégal dit-il, a ratifié le Protocole facultatif se rapportant à la convention des Nations Unis contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradant adoptée par l’Assemblée Générale des Nations Unis le 18 décembre 2002, ratifié par le Sénégal le 18 octobre 2006.

«L’organisation de cette formation répond à un double impératif. Celui de renforcer les compétences des agents de l’administration pénitentiaire mais aussi celui de se  conformer  aux  engagements  internationaux. Ces enseignements vont vous être utiles dans votre travail de tous les jours », a-t-il souligné à l’endroit des 88 élèves nouvellement sortis de la formation initiale.

« Cette session de formation est une bonne chose pour nos apprenants. Ils ont intérêt à s’approprier ces enseignements qu’ils auront à recevoir durant cette formation pour que dans l’exécution de leur mission future qu’ils puissent connaître les instruments qui régissent les droits humains mais  aussi  respecter  et  faire  respecter  ces droits  humains  dans  la  prise  en  charge  des personnes placées sous-main de justice », tient à souligner Mme Agnès Diogoye directrice de l’école nationale de l’administration pénitentiaire.

L’Inspecteur de l’administration pénitentiaire s’est aussi félicité du contenu de la formation durant ces deux jours. « Il y a des modules sur les droits humains sur les sciences pénitentiaires et sur tout ce qui tourne sur le milieu carcéral. L’observateur va certainement s’appesantir sur les droits humains. C’est l’œil extérieur  qui  apporte  un  regard  important dans la formation des éléments de l’Administration pénitentiaire », fait-elle noter sur les colonnes du Témoin.

Assane SEYE-Senegal7