L'Actualité en Temps Réel

DÉSENGORGEMENT DES PRISONS : L’ONLPL travaille à la réactualisation des peines alternatives

0

L’Observateur national des lieux de privation de liberté (ONLPL) est entrain de travailler avec les magistrats afin de contribuer au désengorgement des prisons au Sénégal, à travers notamment la réactualisation des peines alternatives à l’emprisonnement. Telle est la déclaration faite par la patronne de l’institution susmentionnée  Josette Marceline Lopez Ndiaye.  

« De plus en plus, on s’est rendu compte que les établissements pénitentiaires sont surpeuplés et on essaye de trouver des moyens de (les) désengorger », a dit Mme Ndiaye  en marge d’une session de formation aux droits humains de cinq jours, à l’intention de 500 élèves agents de police de la 45-ème promotion de l’Ecole nationale de police et de la formation permanente.

Les lieux de privation de liberté sont caractérisés par « les mauvaises conditions de prise en charge » des détenus qui sont incarcérés dans des endroits « exigus » où ils sont « en surnombre » », a relevé l’ONLPL, estimant qu’une telle situation peut être qualifiée de « maltraitance ».

La population carcérale est estimée à quelque 10.000 personnes pour 37 prisons à travers le pays, a-t-elle renseigné.

L’ONLPL a organisé des ateliers de formation avec des magistrats des quatre ressorts du pays – Kaolack, Saint-Louis, Ziguinchor Dakar -, « pour essayer de trouver des voies et moyens pouvant éviter le décernement systématique des mandats de dépôt », a-t-elle souligné.

Ensemble, les deux parties « ont revisité les textes et remis au goût du jour les peines alternatives ». Ces sanctions, a-t-il dit, étaient déjà prévues dans les textes, mais « restent inappliquées, parce que les magistrats se trouvaient confrontés à des difficultés pour les appliquer ».

Et de renchérir que : « L’absence d’adresse, de domiciliation régulière ou de représentation juridique, sont autant d’obstacles à la mise en liberté provisoire de certains détenus, avec les risques de fuite du prévenu. D’où la nécessité de résoudre en amont, un ensemble de problèmes, avant d’arriver à l’exécution des peines alternatives ».

Par ailleurs, concernant l’usage de la torture dans les prisons sénégalaises, à l’en croire à Josette Marceline Lopez Ndiaye : «  Bien que le phénomène n’ait pas complètement disparu, l’usage de la torture par les Agents a drastiquement régressé ».

« Nous avons parcouru presque tout le Sénégal. Nous n’avons pas rencontré beaucoup de cas de torture. Il y a des gens qui meurent en prison, mais ils ne meurent pas à cause des tortures, mais parce qu’ils sont malades».» a-t-elle précisé.

laissez un commentaire