Accueil Actualités Train express régional : «Le TER de la terreur»?

Train express régional : «Le TER de la terreur»?

29751603 28657100

La banlieue dakaroise, la ville de Rufisque sont terrifiées par le Ter. Si le Train express régional (TER) est présenté par l’Exécutif sénégalais comme le plus important projet d’infrastructures depuis l’indépendance, les habitants dont les maisons sont à proximité des rails diront le contraire. Depuis le début de l’hivernage, les populations impactées par le tracé sont sous les eaux à cause des travaux «mal planifiés, mal exécutés pour certains et inachevés pour d’autres», selon Pape Abdourakhmane Dabo (Ingénieur des Ponts et Chaussées, expert en Infrastructures Publiques).

A en croire cet expert : «la première étape d’un projet d’infrastructure consiste à drainer des eaux, ce qui n’est pas le cas vu la situation dans laquelle vivent les habitants de Rufisque. Car, financièrement il est trop coûteux, économiquement, il manque de pertinence et techniquement, il fait courir aux Rufisquois des catastrophes».

Il a également révélé que « la zone du projet repose dans la zone des Niayes sur la Nappe des sables quaternaires (NSQ) de Thiaroye connue pour être superficielle, d’où les risques d’inondation en cas de forte pluie. Malheureusement, cet aspect était considéré comme un enjeu à sensibilité moyen ; ce qui prouve que les populations inondées de Rufisque qui pointent du doigt les travaux du TER comme l’origine de leur souffrance ont bel et bien raison».

Toujours, Pape Abdourakhmane Dabo (Ingénieur des Ponts et Chaussées, expert en Infrastructures Publiques) est d’avis : «en principe, pour un projet de cette envergure qui impacte 18 communes, il fallait prévoir plusieurs réalisations ou travaux intermédiaires ou d’accompagnement. Parmi ceux-ci, figure la reconstruction de tous les ouvrages hydrauliques détruits dans le cadre des travaux et la mise en place d’un bon réseau de drainage des eaux de ruissèlement sur tout le tracé connecté au système global de drainage de la zone. En plus, il fallait s’assurer du bon fonctionnement des systèmes de drainage notamment pendant la saison des pluies».

Mais ajoute-t-il «dans l’immédiat, il faudra envisager la construction de passerelles avec aménagement d’une protection spécifique qui évite toute inondation et permet leur utilisation en continu par les usagers. Si rien de tout ceci n’est fait, les populations riveraines pourraient payer de leur vie, les errements des responsables en charge de ce projet».
Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici