Transport : L’État du Sénégal envoie les « Sept places au cimetière

0

Depuis des années, les accidents de la route au Sénégal sont devenus un fardeau pour les usagers de la route. Souvent, les passagers accusent les chauffeurs d’être les principaux responsables de certains accidents. À cause de la récurrence des accidents de la route enregistré ces derniers temps, l’État du Sénégal a décidé au renouvellement du parquet automobile sur toute l’étendue du territoire national. Ainsi, la première fasse de ce grand changement est axé au remplacement des véhicules communément appelés «7 places ». Une mesure qui heurte à la réticence des conducteurs, au moment où les passagers dénoncent la précipitation et le mauvais comportement de certains conducteurs. Selon Mor Talla Sèye, conducteur de véhicule « Sept Places », souffle de dépit, avant de se lâcher « C’est injuste d’accuser les « Sept places », en disant que ces véhicules ont des freins défectueux ou un défaut d’éclairage, ce n’est pas vrais. Nous procédons toujours à une vérification des organes de nos véhicules avant de quitter la gare. » Puis, il est conscient que l’État ne va reculer dans sa décision de remplacer les « 7places », Mor Talla Sèye exige que les chauffeurs de véhicule « Sept place » soient associés à toute la procédure du renouvellement du parquet auto mobile. En vérité, le secteur du transport a besoin de voitures neuves. Cependant, l’État du Sénégal doit faire ce changement, mais en y associant les acteurs du transport. Mor Talla ajoute, « Cela ne servira rien si toute la procédure de changement est accaparée par les hommes politiques ». Bref,le Sénégal est en retard en matière de transport si on le compare avec des pays de la sous région en voie de développement . Pour rappel, la mise en œuvre du remplacement des véhicules de « Sept places » contre des munis bus de transport urbain est prévu au mois de Septembre prochain (2019).

El Hadji Mamadou Djigal, Sénégal7

Leave a comment