Transport terrestre – La surcharge à l’essieu : Un lourd impact sur les routes et sur l’économie

La question de la sécurité routière a été au centre d’un atelier organisé ce week-end par le ministère des infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement (MITTD), à travers l’agence nationale de la sécurité routière (ANASER), avec les journalistes. Cette rencontre a permis aux participants d’échanger sur certaines problématiques liées aux transports, telles que la sécurité routière, la pollution de l’air, la charge à l’essieu. Ce dernier point a été passé au crible durant les échanges.

La surcharge à l’essieu pèse lourd pour les économies africaines en général et du Sénégal en particulier, malgré les efforts faits par les gouvernements pour harmoniser la législation. D’ailleurs, le 19 septembre 2019, les ministres en charge des infrastructures et du transport routiers des états membres de l’UEMOA, du Ghana et de la Guinée se sont réunis pour l’application intégrale et concomitante du règlement n°14/2005/cm/UEMOA du 16 décembre 2005 relatif à l’harmonisation des normes et des procédures du contrôle du gabarit, du poids, et de la charge à l’essieu des véhicules lourds de transport de marchandises dans les états membres de l’UEMOA.

En dépit de cette disposition, le patrimoine routier continue de subir les conséquences de la surcharge à l’essieu. Le non-respect des normes entraine un surcoût annuel de 60 milliards de FCFA au Sénégal, par exemple, alors que l’État investit près de 50 milliards de FCFA par an dans l’entretien des routes. Une enveloppe que les acteurs jugent, d’ailleurs insuffisante au regard des dégâts causés. Pour  le secrétaire général de l’agence nationale de la sécurité routière (ANASER), Boubacar Diop, les décideurs doivent faire en sorte que ces investissements puissent permettre d’avoir un impact positif sur la sécurité routière, les usagers, sur la réduction des décès liés aux accidents.

Le secrétaire général de l’agence nationale de la sécurité routière (ANASER) a présidé ce week-end un atelier d’information et de sensibilisation à l’intention des journalistes pour un meilleur traitement de l’information. Il a également été question de mettre à disposition des acteurs des médias, les informations techniques nécessaires pour un traitement approprié de l’information liée aux transports.

A.K.C – Senegal7