Accueil Actualités Traque d’un journaliste : Macky vers un «wakh wakhet»

Traque d’un journaliste : Macky vers un «wakh wakhet»

Avec la descente musclée des éléments de la police chez notre confrère et doyen, Jean Meissa Diop, «le pouvoir serait à la recherche d’un célèbre journaliste». Qui est ce célèbre journaliste ? Qu’à-t-il fait où écrit ? Senegal7.com donne sa langue au chat. En tout cas, si tel est le cas, le peuple prend le chef de l’Etat aux mots. Ses déclarations sont fraiches dans nos mémoires. Précisément en novembre 2018. Notamment en marge du Forum de Paris sur la paix. «(…) tant que je serai président, je n’enverrai jamais un journaliste devant la justice ; au mieux, je pourrai saisir le tribunal des pairs pour laisser les collègues juger leur confrère», avait déclaré Macky Sall. Va-t-il remettre au goût du jour le « wakh wakhet» ?

Un célèbre journaliste «recherché…»

Le chef de l’Etat, Macky Sall Le régime de Macky Sall a-t-il lancé la traque contre les journalistes ? En tout cas notre doyen Jean Meissa Diop et sa famille ont été «violentés» tôt ce samedi matin par deux éléments qui se réclameraient de la DIC (Diatta et Fall). Toute sa maison a été fouillée. «On m’envoie la redoutable Division des investigations criminelle, toute vociférante, toute menaçante, l’oeil méchante, recherchant un journaliste d’un journal dakarois… », a déclaré Jean Meissa Diop.

Ces éléments de la police ont-ils agi sous les ordres du pouvoir en place ? Si tel est le cas, le chef de l’Etat remettrait au goût du jour le «wakh wakhet» ? Et du coup, c’est la profession, les journalistes qui sont ainsi menacés, notamment avec l’affaire dite BBC-Aliou Sall. Car, tous les jours dans les manchettes des journaux, les radios, les télévisions, la presse en ligne, entre autres, cette affaire est traitée et domine presque l’actualité depuis la publication de l’enquête de la BBC.

…«Je n’enverrai jamais un journaliste devant la justice»

«Les journalistes n’ont rien à craindre de moi». C’est en substance le message qu’avait fait passer le chef de l’Etat, Macky Sall aux professionnels de l’information. Le Président Sall qui se prononçait sur les libertés au Sénégal notamment celle de la presse, a en effet fait savoir qu’il ne portera jamais plainte contre un journaliste tant qu’il sera président de la République.

«J’ai fait une déclaration en disant que tant que je serai président, je n’enverrai jamais un journaliste devant la justice ; au mieux, je pourrai saisir le tribunal des pairs pour laisser les collègues juger leur confrère», a-t-il déclaré en novembre 2018, en marge du Forum de Paris sur la paix.

Ces propos du Président Sall rapportés par le quotidien sénégalais Le Soleil ont été prononcés lors d’une rencontre organisée par l’ONG Reporters sans frontières.

Ne s’en arrêtant pas là, Macky Sall ajoute à l’endroit des journalistes : «les plus gros ennemis ne se situent pas du côté de l’Etat, parce que si l’Etat est dirigé par des démocrates, objectivement, il est votre allié dans la liberté de la presse… ».

Et de poursuivre : «le droit à l’information, la liberté de la presse n’est pas seulement l’apanage des pays développés. En Afrique également il y a une volonté de plus en plus affirmée d’assurer la protection des journalistes et de créer les conditions d’un exercice libre de cette profession».

C’est d’ailleurs dans ce contexte que, selon lui, le Code de la Presse a été approuvé par les autorités étatiques afin qu’il «accompagne la qualification des journalistes et des hommes des médias puisqu’il y a une menace » que pourraient, à l’en croire, faire peser sur eux «les pouvoirs de l’argent, de l’Etat et, ceux obscurantistes».

senegal7