Accueil Actualités Trois présidentielles sans succès : «Ndamal Kadior» s’est-il essoufflé ?

Trois présidentielles sans succès : «Ndamal Kadior» s’est-il essoufflé ?

fonds

De tous les candidats d’opposition qui briguent la présidence du Sénégal, Idrissa Seck est sans conteste le plus expérimenté et le plus résilient. En 2019, il était à sa troisième tentative à la magistrature suprême. Un rêve qu’il caresse depuis les années 2000 après son entrée au gouvernement d’Abdoulaye Wade. Ses deux échecs successifs en 2007 et 2012 ne l’ont pas refroidi. Il remet ça en 2019 ; sans succès.

Au sortir de cette défaite, le leader du parti Rewmi s‘est muré dans son silence incompréhensible.

Il adopte une stratégie du silence, évitant les entretiens et les prises de parole publique, cette cure loin des feux de la politique en a fait de lui un homme mur en politique.

Présidentielle de 2019

La confiance était plus grande. Idrissa Seck et son camp avaient l’espoir que la présidentielle de 2019 allait être la bonne.

Car, leur coalition attire véritablement toutes les forces vives de la nation et centralise par ailleurs des compétences diversifiées dans nombre de domaines. Avec la coalition IDY 2019, dont la vision est très claire et les actions dépendront du commun vouloir du peuple sénégalais, le seul à décider celui qui présidera à ses destinées.

C’est la raison pour laquelle depuis le début de la campagne présidentielle, elle ne cesse d’attirer des hommes politiques, des membres éminents de mouvements citoyens de tous bords mais aussi des compatriotes probes et résolument engagés à sortir le Sénégal du gouffre dans lequel l’a plongé l’actuel régime depuis 2012.

On y trouve dans cette coalition, des talents prometteurs, toujours à la fleur de l’âge, connus pour leur patriotisme, leur cursus politique et/ou professionnel sur qui compte le Sénégal d’aujourd’hui et de demain, à l’instar de Cheikh Bamba Dièye du FSD/BJ, de Malick Gackou du Grand Parti, de Thierno Bokoum du mouvement AGIR, le Capitaine Dièye du mouvement NIT, Ababacar Diop des FDS entre autres. À côté de ces piliers pétris de talents et dont la probité morale et intellectuelle n’échappe à personne, il y a aussi de vaillants combattants qui ont toujours fait montre d’un engagement sans faille en vue d’une consolidation réussie des acquis démocratiques du Sénégal obtenus après un long processus de maturation d’un projet de société basé sur des consensus forts. Le Pr. Malick Ndiaye, ancien chef de département de sociologie de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, intellectuel brillant et libre d’esprit, a rapidement porté son choix sur le candidat de l’espoir Idrissa Seck.

Déception ou essoufflement

Au sortir de la Présidentielle de 2019, Idrissa Seck arrivé deuxième derrière le candidat sortant, Macky Sall, avait déclaré ne pas connaitre la victoire de Macky qu’il accuse de fraude massive.

Mais cela a duré le temps d’une rose. Car, depuis un certain temps, Idrissa Seck s’est muré dans un silence de carpe. Sa voix n’est plus audible. Ses proches collaborateurs politiques également. Des commentaires l’ont politiquementent enterrés.

Un deal avec le pouvoir en place est révélé à la place publique. Ce qui a été démenti par son camp. Hier, lors de son point de presse après la mise en place du nouveau gouvernement, Idrissa Seck lui-même a fait la révélation : «des mois durant, j’étais en discussion avec Macky Sall».

Si certains trouvent en ce deal une manière pour Macky Sall de faire du patron du parti Rewmi son dauphin, pour l’épargner de toute poursuite, après le pouvoir, beaucoup sont ceux qui pensent que Idrissa Seck sera le grand perdant de cette alliance. Parce que son yoyo politique, prouve qu’il n’est pas une personne de confiance pouvant diriger le Sénégal.

Pape Alassane Mboup

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici