Accueil Actualités Troisième candidature de Macky Sall en 2024 : Un jeune « apériste » vend...

Troisième candidature de Macky Sall en 2024 : Un jeune « apériste » vend la mèche

Les élections présidentielles au Sénégal prévues en 2024 continuent à défrayer la chronique et font l’objet de discussion dans le quotidien des Sénégalais.En effet un jeune « aperiste » proche de la première Dame avec son fameuse casquette gravée de chiffres   (24) rassure ses camarades du parti APR sur la certitude du troisième candidature de Macky Sall en 2024.Si nous serions dotés d’une mémoire d’éléphant , c’est la même marque de casquette que Macky Sall avait porté sur sa tête lors de la journée nationale du nettoiement .Cependant ,l’histoire de certains  experts en droit qui détiennent l’arsenal de notre système judiciaire n’arrivent à convaincre l’opinion de beaucoup de Sénégalais sur le problème de la troisième candidature du président Sall. Pour rappel, au lendemain du référendum de 2016 portant révision de la constitution du 22 janvier 2001, certains juristes ont soulevé la possibilité pour le président de la République, en cas de réélection, de pouvoir faire un troisième mandat, d’après leur lecture de l’article 27 de notre charte fondamentale.
Toutefois, comme un ballon de baudruche, planant dans le ciel sénégalais de façon envahissante, avec une odeur nauséabonde, ce débat s’est bien vite gonflé tout juste après la réélection du Président Macky Sall en 2019, au point de noyer même toutes les autres questions liées au développement de notre pauvre pays. Alors, il faut impérativement percer et dégonfler ce «jouet d’enfant» pour qu’il ne nous distraie pas pendant cinq bonnes années.
Mais dans ce sillage, on ne peut pas faire l’économie de souligner que la persistance de ce débat est une illustration parfaite du manque de confiance des Sénégalais en leur système judiciaire, notamment sur les dossiers ayant un enjeu politique. Ce qui est tout à fait compréhensible si on se base sur notre histoire récente. A savoir, la validation de la troisième candidature de Wade en 2012 et l’avis controversé du Conseil constitutionnel pour permettre au Président Macky Sall de faire 7 au lieu des 5 ans promis lors de son premier mandat. Et bien avant ces deux cas, la tendance dans notre jurisprudence, des indépendances à nos jours, c’est de voir nos juges constitutionnels suivre, presque toujours, la direction indiquée ou souhaitée par l’Exécutif. Leurs décisions ont fini d’ancrer dans la conscience collective des Sénégalais que ce n’est pas cette juridiction qu’ils dirigent qui dit le Droit mais plutôt, elle ne fait que suivre le sens voulu par le président de la République.

El Hadji Mamadou Djigal – SENEGAL7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici