L'Actualité en Temps Réel

Troisième candidature : Le silence intriguant de Idrissa Seck

A quelques mois de la présidentielle de 2024, les candidatures se multiplient. Les écuries affinent leur stratégie pour aller à la rencontre des électeurs avec l’espoir de recueillir assez de suffrages suffisants pour paver la route menant au palis de l’avenue Léopold Sédar Senghor. A Benno Bokk Yakaar (BBY), la question de la troisième candidature est au centre des débats. Mais, un silence qui intrigue, c’est celui de Idrissa Seck et de son camp :

La scène politique se dirige vers des lendemains incertains voire troubles. La présidentielle approche et les appétits s’aiguisent. La question de la troisième candidature agite Benno Bokk Yakaar (BBY) où l’hypothèse d’un second quinquennat fait son chemin. Macky Sall reste muet sur ses intentions mais ne fait rien pour freiner ses ouailles qui s’agitent pour le pousser à franchir le rubicond. En face, l’opposition reste déterminée à faire barrage à toute tentative de troisième candidature. Une agitation qui contraste avec le silence des autres leaders de Benno notamment de Idrissa Seck.

Depuis son ralliement à la majorité présidentielle, le Président du Conseil économique social et environnemental (CESE) fait preuve d’une fidélité sans faille. Le leader du parti Rewmi impose la même discipline à ses troupes. Les récalcitrants en paient le prix comme en atteste le sort réservé à Déthié Fall qui avait eu l’outrecuidance d’émettre un autre son de cloche à l’hémicycle.

Cette fidélité va-t-elle résister à la tentation d’une troisième candidature ? Idrissa Seck peut bien miser sur un renoncement du Chef de l’état à briguer un mandat supplémentaire pour se positionner comme un dauphin. Celui qui va porter les couleurs marron-beige à la prochaine présidentielle. Mais quelle sera sa réaction si le Président décide de postuler en 2024 ? Pour rappel, en 2012, le leader du parti Rewmi s’est engagé physiquement avec masque à gaz au visage pour s’opposer à ce qu’il qualifiait de reniement de Me Wade. En clair, le Président du conseil économique social et environnemental (CESE) joue son image déjà sérieusement écornée après son ralliement à la majorité. Le leader de Rewmi sera-t-il prêt à sacrifier son ambition à l’autel de sa loyauté au Chef de l’état. Mystère… La seule certitude c’est qu’une partie de ses troupes est moins encline à le suivre dans ce qu’elle considère comme une suicide politique.

 

M. TINE-Senegal7