Accueil Actualités Troisième mandat du Macky : Le jeu d’échec en trois...

Troisième mandat du Macky : Le jeu d’échec en trois pions !

Le parrainage a été la goutte d’eau qui aura fait déborder le vase d’un landerneau politique national groggy. En effet, lors de la présidentielle dernière, 5 candidats avaient été au final retenus sur les 27 dossiers déposés au Conseil Constitutionnel. L’effet du filtre résolu, le Macky décide désormais de ne plus buter sur la ville de Dakar. Il s’agit à présent de l’arracher par la nomination du maire. Quant au sort de Guy Marius Sagna, « la raison s’en est retrouvée Heleine ».Ni oui ni Non ouvre ainsi la voie à un 3e mandat !

Un bon politicien doit savoir faire travailler son arrière-boutique en tous lieux et en tous temps. Et c’est bien le cas du président Macky qui ne manque jamais d’inspiration pour poser des actes allant dans le sens d’assouvir ses desseins au détriment des fondamentaux de la démocratie. Avec un rythme infernal de 20 demandes de création de partis par mois au Sénégal, il lui fallait bien un prétexte imparable pour s’accouder sur cette pléthore de formations politiques afin d’imposer le parrainage. Et la finalité a été connue de tous. Des opposants ont été matés et la loi votée à l’assemblée nationale .Le jeu en valait bien la chandelle. Le scrutin présidentiel se pointa et sur 27 dossiers de candidatures, seuls 5 ont pu passer le cap du parrainage. Le filtre unilatéral a fait son effet et les résultats de la présidentielle ont surpris plus d’un Sénégalais. La majorité a vaincu sans triomphalisme aucun au grand dam d’un peuple aphone. Le temps faisant son œuvre, l’électricité s’est invitée dans l’air des grilles du Palais présidentiel et les manifestants contre la hausse du sésame se sont retrouvés au gnouf. Au final, tous furent élargis à l’exception de Guy Marius Sagna. Le second pion du jeu d’échec est ainsi avancé. Pour le troisième pion, il ne s’agira guère d’enfoncer les murs de la ville de Dakar, loin s’en faut. Le Macky aura usé de toutes les subterfuges imaginables pour conquérir la mairie de la capitale mais en vain. Aujourd’hui, à l’entame de son « premier/second mandat, le troisième pion du jeu d’échec est en instance d’être pointé. Nommer le maire de Dakar au détriment du choix inamovible de la légitimité populaire devient son ultime espoir. Une trouvaille sortie des flancs du dialogue national sur proposition de la troisième personnalité de l’Etat. Le jeu d’échec aurait ainsi repoussé l’échec quand ses trois pions auraient été bien pointés. Le 3e mandat serait dans l’ordre du possible dans ce cas d’espèce. Diantre !
Assane SEYE-Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici