Troisième mandat : Quand le débat dérive sur l’ethnicisme orienté !

53

Le Sénégal est une exception par rapport aux autres pays africains qui continuent de sombrer dans l’ethnicisme béat. Nos compatriotes se croyaient à l’abri de ces dérives inouïes au point de dormir sur leurs lauriers. Mais hélas, chassez le naturel, il revient au galop. Le laisser-aller, l’impunité et la politique éminemment partisane entretenue par le Macky ne pouvait dériver que sur des propos ethnicistes. Le fameux député de Ranérou, Aliou Dembourou Sow qui emprunte cette voie pour dit-il défendre le troisième mandat du Chef de l’Etat a ouvert une boite à pandore.

Le troisième mandat du Chef de l’Etat Macky Sall devient plus problématique que jamais aux yeux des sénégalais. Tout y passe en termes de clivages, de stéréotypes, de bataille de positionnement, de querelles d’intérêt manifeste ou latent, entre membres de la mouvance présidentielle.

Tandis que ses proches optent pour la prudence à cause des séries de limogeage qui ont eu raison de Sory Kaba, ancien directeur des Sénégalais de l’Extérieur, de Moustapha Diakkhaté, ancien ministre conseiller et de Me Moussa Diop, ex-directeur de Dakar Dem Dikk (DDD); du coté de l’opposition et d’une bonne partie de l’opinion, l’on croit dur comme fer que qu’un 3e mandat serait vraisemblablement dans les plans du Chef de l’Etat Macky Sall.

En atteste le flou qu’engendre son « ni oui ni non » quand un journaliste lui a demandé s’il allait briguer un 3e mandat. En effet au moment où le débat politique continue de faire rage autour de cette équation à mille inconnues ,un député de Ranérou, Aliou Dembourou s’est permis d’avancer des propos ethnicistes pour défendre la candidature de son mentor.

Interrogés sur ses propos jugés extrêmement graves, Mr Sow a réitéré ses menaces histoire de démontrer sa toute-puissance. Pourtant, jusqu’ici, aucune action de justice n’a été intentée à son encontre alors que Karim Wade et Khalifa Sall ont connu des déboires judicaires qui les ont rapidement menés en prison.

Et la guéguerre qui accable présentement le Temple de Thémis démontre quelque part que les juges pour la plupart ne veulent plus être le dindon de farce d’un pouvoir qui les manipule à sa guise pour régler des comptes politiques.

Par le biais du député de Ranérou, l’on comprend dès lors que celui qui n’est pas sous l’aisselle du président de l’Alliance pour la République (Apr) à toutes les malchances de tomber sous la cabale d’une manœuvre arbitrée par une justice aux ordres.

Les sénégalais souffrent en silence tout en observant un pouvoir qui ne sait plus que faire de son magistère ou  ce qui en reste. De toute évidence, si le député apèriste Aliou Dembourou Sow n’est pas démis de ses fonctions et traduit en justice, c’est que la gestion sobre et vertueuse dont se targue le président Sall ne serait qu’un slogan creux.

En démocratie ,il faut impérativement user du devoir d’ingratitude et piétiner les considérations partisanes pour  faire régner l’ordre et la loi, fût-on le Chef de l’Etat. C’est à dire faire en sorte que tous les sénégalais soient égaux devant la loi.

A contrario, les humeurs du Chef et celles de ses inconditionnels transformeront notre pays en poudrière. C’est ce qui explique vraisemblablement l’attitude condamnable et dangereuse du député de Ranérou.

Assane SEYE-Senegal7

Show Comments (53)