Un choix basé sur l’avenir : Macky Sall veut-il emboiter le pas à Paul Kagamé ?

L’exercice du pouvoir est complexe mais pas impossible puisqu’il s’agira de se prémunir d’une réelle volonté politique pour développer son pays. La question de  se maintenir au pouvoir est également une équation à mille inconnues. Le Chef de l’Etat Macky Sall plaide pour la non limitation des mandats pour un souci de réalisation à terme des programmes de développement. Sur ce point, il rejoint le Président Rwandais, Paul Kagamé qui a su contre vents et marées impulser un élan de développement à son pays même si on l’accuse de se maintenir au pouvoir depuis son accession à la tête du pays à la fin du génocide Rwandais. La problématique est d’actualité.

Entre se maintenir au pouvoir et en arriver à impulser un élan de développement à son pays salué par ses concitoyens et passer le témoin sans avoir terminé ses programmes de développement en raison des mandats  limités par la Constitution, il  y a matière à réflexion à ce niveau du débat.

 La limitation des mandats est-elle assimilable au rituel « à chacun son tour chez le coiffeur » ! De toute  évidence, l’exemple Rwandais  fait jurisprudence puisque le Président Paul Kagamé est crédité de la stabilité et des performances économiques affichées de façon continue depuis plus de dix ans par ce petit pays de l’Afrique des Grands lacs.

 La transformation du pays y est menée à travers le développement des services et des nouvelles technologies. De vastes programmes agricoles ont aussi été engagés. Cette stratégie lui avait jusqu’à présent valu le soutien des bailleurs internationaux. Quitte à fermer les yeux sur le verrouillage politique du régime.

Après avoir cultivé sur le continent une image de dirigeant différent, M. Kagamé vient d’ajouter son nom à la liste des présidents ayant choisi de contourner la constitution pour se maintenir au pouvoir. Et les Rwandais sont de tout cœur avec lui  s’il décidait de s’éterniser au pouvoir. Le Président Macky Sall voudrait-il s’inscrire sur cette même logique ?

 « Puisque nous voulons plus de démocratie en Afrique, nous disons qu’il faut limiter les mandats en réduisant la durée de la présence à la tête de l’État. Mais au même moment, les procédures, qui datent des années soixante, sont toujours les mêmes qui conditionnent les décaissements. Alors quand est-ce que les régimes mis en place vont avoir un bilan ?

On risquerait de virer des régimes tous les cinq ans et ça va être un éternel recommencement qui est contraire à l’idée du développement », a déclaré Macky Sall. Le chef de l’État recevait, ce jeudi, 5 mai 2022, une centaine de jeunes leaders africains venus un peu partout dans le monde.

Suffisant pour conforter la thèse selon laquelle, le Président Macky  veut un choix basé sur l’avenir et non sur des mandats écourtés au nom de la démocratie et qui ne lui permettront pas de réaliser par exemple ce que  le Président Paul Kagamé est parvenu à faire pour son pays.

 De toute évidence, il ya bien matière à réflexion à ce niveau car, s’éterniser au pouvoir et en arriver à réaliser des performances économiques saluées par ses concitoyens est une chose, mais il en est une autre de s’adosser à la démocratie en abandonnant ses programmes et projets fondamentaux au profit de son successeur.

Si le principe est judicieux pour les peuples, il n’y a certainement pas péril en la demeure, mais si c’est « à chacun son tour chez le coiffeur »,on pourrait aussi toujours revenir à la case de départ. Cet effet de manche vaut-il mieux qu’un maintien au pouvoir efficient  pour les peuples! En tout état de cause, le Président Macky semble s’inscrire sur la lancée du Président Paul Kagamé. Libre aux Sénégalais d’apprécier au final  la question de la limitation des mandats ou non !

Assane SEYE-Senegal7