Un nouveau scandale secoue la Seter

La crise va crescendo à la Société d’Exploitation du Train Express Régional de Dakar (Seter). Les relations entre les travailleurs et la direction générale devient de plus en plus tendues depuis le licenciement du directeur juridique de la Seter, Yamar Samb pour « manque de solidarité » envers le directeur général de la boite. Une affaire de harcèlement présumé secoue l’entreprise. La victime : N.G., responsable Santé Sécurité du travail à la Seter.

C’est manifestement une femme désemparée, déboussolée et qui en a ras-le-bol qui a enfin décidé de vider son sac. Dans un courrier en date du 18 septembre 2022 et intitulé « alerte au harcèlement et parcouru par Libération, N.G. rapporte : « n’ayant pas de nouvelle de mon alerte, porté au directeur juridique le 18 juillet 2022, j’ai averti les délégués du personnel sur ma situation de violence subie. Au départ de M. Samb le 31 aout 2022, je porte à votre connaissance, les agissements et comportements inappropriés, anti-professionnels dont je suis victime, générés par Monsieur N., directeur QHSE. Je souhaite dénoncer les conduites contre productives de Monsieur Nicot directeur QHSE ».

Elle ajoute dans les colonne du quotidien Libération : « son comportement professionnel avec moi est honteux, ambiguë, discordant. Ainsi et de manière prépondérante, pour assurer son forfait contre moi, c’est à l’écart, dans son bureau retiré, isolée des autres agents. Ainsi lorsque nous sommes seul à seul, il me démolit. Il a alors ses habitudes : de menace, de dissuasion, d’humiliation, de dégradation. Il porte atteinte à ma dignité, par ses propos, son acharnement… »

« Son comportement répétitif, injurieux (…) Il me soumet à des situations intimidantes, des actes de pression graves. »

« Je suis victime de souffrance professionnelle occasionnant des pressions graves, multiples et de stress managérial. Monsieur N. est mon agresseur », accuse la victime présumée.

A.K.C – Senegal7