L'Actualité en Temps Réel

Une divorcée viølée raconte l’horreur : «Au moment où il me pén3trait. … »

S. G., 43 ans, s’est battue corps et âme pour avoir un toit. Pour terminer son chantier dans la localité de Niague, elle s’est installée dans une maison en construction qu’un maçon lui avait prêtée. Dans la nuit du 26 au 27 janvier 2020, vers 3h du matin, un individu s’est engouffré dans la chambre de la quadragénaire, pour violer son intimité et emporter son téléphone portable.

En dépit de ses difficultés pour se déplacer, la victime a sollicité l’aide de trois vigiles qui officiaient dans la cité pour se rendre à la gendarmerie de la localité. Sur interpellation des enquêteurs, elle a désigné Mamadou D. comme étant l’auteur de l’ignominie. Interrogé, le mis en cause qui était préposé à la sécurité des bâtiments en construction, clame son innocence, arguant qu’il se trouvait dans les bras de Morphée au moment des faits.

Durant la perquisition de sa chambre, les enquêteurs ont saisi une culotte tachetée de sperme, un couteau identique à celui trouvé sur le lit de la dame et un rouleau de corde. Des traces de sperme ont été également retrouvées sur le drap de la victime. Inculpé pour viol, Mamadou D. a persisté hier, dans ses dénégations à la barre de la chambre criminelle de Dakar. D’après ses dires, il a ramassé le portable de la partie civile.