Accueil Contribution Une intervention armée en Gambie, mais c’est une guerre !

Une intervention armée en Gambie, mais c’est une guerre !

Il est facile de parler d’intervention armée dans un pays quand on ignore qu’on parle en réalité d’une guerre meurtrière qui engagera des forces à la fois civiles et armées, avec des enjeux et des risques jamais réellement calculés et maitrisés d’avance, et qu’il s’agit quel que soit l’issue de répandre les semences d’une haine et d’une revanche futures auxquelles on n’est pas sûr d’être préparé à faire face.

Il est facile de catéchiser à bec rompu la punition armée contre un individu ou un groupe, aux non d’idéaux et d’intérêts dont on ignore absolument tout en réalité, lorsqu’on n’a jamais été amené à vivre avec des survivants de violence collective et meurtrière.

Il est facile de préférer la démocratie chez l’autre, au moyen d’une guerre meurtrière, lorsqu’on a chez soi le loisir de se trémousser sur son canapé et d’apprécier à la télévision et à la radio les nouvelles du front en avalant son pain et ses câlins.

Il est facile de réclamer au nom de valeurs et d’intérêts qui ne nous concernent que vaguement la bienfaisance d’une communauté internationale lorsqu’on croit tout comprendre.

Il est facile de réclamer à tue-tête une chose qui est susceptible de jeter des femmes, enfants et vieillards sur les routes de l’aventure de la survie (camps de réfugiés, vivres, insécurité, apatridie, prostitution, viols, drogue, etc.) lorsqu’on ne voyage que pour gagner de l’argent (ce que font les sénégalais).

Il est facile de souhaiter naïvement le bien aux autres en leur imposant la guerre lorsqu’on a la paix chez soi en se laissant imposer la misère et en se contentant de chauvinisme, ce qui est le lot des sénégalais.

Voyager pour survivre, bavarder avec des victimes et des rescapés de guerre, loger dans des camps de réfugiés et manger leur cuisine, côtoyer leurs maladies, partager leurs interminables nuits blanches imposées par la promiscuité et l’insécurité, on verra si l’idée de la démocratie ou d’état de droit vous viendra à l’esprit. On verra si le regret d’une dictature vous quittera.

C’est facile de prôner la guerre au nom de principes soi-disant immuables du droit international quand on est certain de ne pas tenir un fusil ou une grenade, quand on est sûr de ne pas être en face d’un kalachnikov et de ne jamais poser le pied sur une mine, quand on sait qu’on verra sang et désolation uniquement à la télé (si on veut !), quand on est sûr de survoler les belligérants et les cadavres à bord d’un hélico ou d’un Fokker des Nations Unies ou de la France, quand on peut trouver un emploi ou se faire payer des milliers de dollars à dénombrer des cadavres, inculper des criminels de guerre (que l’on a d’abord fabriqués), à collecter des dons, à distribuer des vivres et à rédiger des rapports avec une bonne conscience.

Il est facile de faire face aux ignominies de la guerre lorsqu’on sait que sa peine se limitera à assister à des réunions arrosées, tenir des discours et prendre des photos avec ses homologues diplomates, haut-commandants, et satrapes pressés de prendre leur place pour revenir vous rendre la vie difficile.

Une intervention armée ne finit jamais ; elle vient, elle reste et elle se nourrit de ce qui reste : Afghanistan, Irak, Syrie, Libye, Somalie, Mali …

Lorsqu’une guerre chasse une dictature, il faudra installer une nouvelle dictature pour que la guerre ne se nourrisse pas de tout ce qui reste : Erythrée, Ethiopie, RD Congo, Cote d’Ivoire, Rwanda

N’oublions jamais que le terme « intervention » est une enveloppe perlée des dorures perfides de la diplomatie et de la politique. C’est la guerre meurtrière et hasardeuse exprimée dans le langage froid de la civilité juridico-politique internationale.

Quand on n’a jamais connu la guerre c’est facile pour un être oublieux d’y installer les autres.

Par Aboubakr Tandian Sociologue et Politologue

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici