Accueil Actualités Vaccin contre le Coronavirus: Le FRAPP interpelle le Sénégal, la CEDEAO, l’UA

Vaccin contre le Coronavirus: Le FRAPP interpelle le Sénégal, la CEDEAO, l’UA

Provenant de Paris, New York, Berlin et Londres, les griots des Etats néocoloniaux africains dont le nôtre se préparent pour nous filer les vaccins des Multinationales Occidentales Pfizer-BIoNTech et Moderna puis ensuite AstraZeneca. Pour le Front pour une révolution anti-impérialiste populaire et panafricaine (FRAPP), les enjeux pour les impérialistes étatsunien et européen sont manifestement majeurs, car leurs Etats font des pré-commandes avant même d’avoir les données détaillées sur les vaccins.

Voilà ce qu’on peut lire dans la presse : « L’acquisition de doses de vaccins aura lieu au niveau européen. Les pays membres de l’UE ont en effet signé un accord en ce sens, qui prévoit une redistribution au prorata de la population de chaque pays. Ainsi, la France se verra attribuer 15% des doses. L’Union s’est assuré 1,3 milliard de doses auprès des laboratoires pharmaceutiques, et 660 millions supplémentaires en option. Pfizer/BioNTech (à conserver à moins 70 ou 80 degrés) devrait fournir 50 millions de doses à l’Europe et aux États-Unis dès décembre, et Moderna 20 millions ».

Le FRAPP constate que les vaccins concurrents sont :

– russes sur lequel on peut lire : « Sputnik V est le premier vaccin enregistré au monde basé sur la plateforme de vecteurs d’adénovirus humains bien étudiée. Il est actuellement parmi les 10 premiers vaccins proches à la fin des essais cliniques et au lancement de la production en masse candidats sur liste de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS)… Des essais cliniques de Spoutnik V ont été annoncés aux Émirats arabes unis, en Inde, au Venezuela et en Biélorussie. L’efficacité du vaccin Spoutnik V à 91,4 % a été confirmée par l’analyse des données au point de contrôle final des essais cliniques. L’efficacité du vaccin Spoutnik V contre les cas graves d’infection à coronavirus est de 100 %. RDIF en collaboration avec ses partenaires et les fabricants du vaccin augmente constamment les quantités produites. Le coût d’une injection du vaccin Spoutnik V sera inférieur à 10 $ pour les marchés étrangers (la dose par personne se compose de deux injections). Le vaccin sous forme lyophilisée (déshydratée) peut être stocké à une température de + 2 + 8 degrés Celsius Plus de 50 pays ont placé des commandes d’achat pour plus de 1.2 milliard de doses de vaccin Spoutnik V. Le vaccin destiné aux marchés étrangers sera produit par les partenaires internationaux du RDIF en Inde, au Brésil, en Chine, en Corée du Sud et dans d’autres pays ».

– chinois de Sinopharm sur lequel on peut lire : « Les résultats des essais cliniques de phase 3 ont montré un taux d’efficacité de 86%, un taux de séroconversion de 99% des anticorps neutralisants et une efficacité de 100% dans la prévention des cas modérés et sévères de Covid-19, après des tests sur 42299 volontaires.. Le vaccin CoronaVac se base sur le même principe que les premiers vaccins de l’histoire, les vaccins vivants atténués qui consistent en l’injection d’une version affaiblie du SARS-Cov-2 pour stimuler le système immunitaire. Pasteur a utilisé cette méthode pour concevoir son vaccin contre la rage… Les résultats parus dans The Lancet Infecitous Disease concernent à la fois la phase I et la phase II des essais cliniques. Les tests sont les mêmes, sauf que la phase II est menée sur un nombre plus important de personnes. Ici, une vingtaine pour la phase I dans chaque groupe, contre une centaine pour la phase II. Soit un total de 743 personnes, âgées de 18 à 59 ans, n’ayant jamais été contaminées par le SARS-CoV-2. Les scientifiques s’intéressent alors à la séroconversion induite par la vaccination, c’est-à dire l’apparition d’anticorps spécifiques au SARS-CoV-2 chez ces personnes ».

– cubains Soberana 1 et Soberana 2 sur lesquels on peut lire : « Selon les scientifiques du Centro de Ingenieria Genetica y Biotechnologia à la Havane ces vaccins provoquent la production d’anticorps et protègent contre les infections respiratoires… Cuba produit déjà 8 des 12 vaccins utilisés dans son programme d’immunisation nationale. Les laboratoires fabriquent des vaccins contre la méningite, l’hépatite B, le cancer des poumons entre autres. Le pays a produit une trithérapie contre le SIDA. Ce brevet, vendu aux laboratoires des pays en voie de développement, permet la distribution du médicament à moindre prix. 40 pays du monde achètent les vaccins fabriqués à Cuba. L’exportation des vaccins est une source importante de revenus pour ce pays frappé durement par les sanctions américaines.
La Corporation BioCubaFarma compte 20 centres de recherches, 32 entreprises et 20.000 salariés ».

Pourquoi diable devrons nous donc faire plus confiance aux vaccins des USA et de l’UE ? Pour le FRAPP, cette question devrait être posée à tous nos dirigeants néocoloniaux prompts à répéter comme des perroquets ce que veut le « maître » états-unien, européen ou français, alors que les faits montrent pour le moins l’incohérence, les contradictions, l’incompétence, voire l’irrationalité de la gestion du maître impérialiste états-unien, européen et français de la pandémie dans leurs propres pays.

N’est-on pas en droit de penser que cette histoire de vaccination prend une dimension de bataille géopolitique et dans ce cadre les pré-commandes massives des vaccins Pfizer-BIoNTech et Moderna et AstraZeneca ne sont qu’une opération financière des Frimes Transnationales Big Pharma de l’Occident impérialiste ?

Devant ces incertitudes, ces doutes légitimes engendrés par la gestion calamiteuse de la pandémie aux USA, en Europe et en France, les réticences à se vacciner font de plus en plus jour dans ces pays et il est aussi tout naturel et de salubrité publique pour le FRAPP d’exiger de nos gouvernements africains et notamment le nôtre au Sénégal :

– de réunir tous les experts et spécialistes de notre pays pour qu’ils examinent les données de chaque vaccin ;

– pour ce faire demander à chaque producteur de vaccin les données détaillées permettant à nos spécialistes de se prononcer en toute connaissance de cause ;

– de faire jouer la concurrence entre les prix des vaccins qui seraient homologués par nos experts nationaux ;

– de demander à la CEDEAO puis à l’UA de réunir un comité d’experts africains qui en lien avec l’OMS aideraient chaque Etat africain à prendre la bonne décision, celle qui permet de protéger la santé des peuples africains.

En attendant, nous tenons à réitérer la nécessité pour les populations de :

– se battre pour que l’argent mobilisé par les Etats servent vraiment à la distribution des masques, à la dotation des hôpitaux des respirateurs, blouses, tous les moyens sanitaires et médicaux nécessaires;

– porter systématiquement les masques, se laver systématiquement les mains au savon, tousser ou se moucher dans des mouchoirs et maintenir les gestes barrières tout en aérant tous les lieux clos ;

Pour le FRAPP,

Le secrétariat exécutif national (SEN)

Dakar, le 15 décembre 2020

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici