L'Actualité en Temps Réel

Vers une grève des travailleurs d’AFTU 

0
Le secteur du transport risque de connaitre à nouveau des perturbations. En effet, le Syndicat autonome des travailleurs du transport, dénonce une « indifférence » du gouvernement face à la situation à laquelle il est confronté.
Ces derniers qui s’insurgent contre le non -respect du protocole d’accords , qui avait abouti à la fin de la la grève de trois jours en en début décembre menacent à nouveau retourner en mouvement.
 
Le Secrétaire général du syndicat, Amadou Samb, réagissant à l’annonce faite par le chef de l’État, Macky Sall, concernant la réception de 400 bus pour la modernisation du réseau du trafic en commun, constate pour le déplorer que les travailleurs du secteur sont laissés en rade.  » On ne peut pas concevoir que des Sénégalais soient exploités et qu’on annonce le renouvellement du parc, laissant les travailleurs de côté. C’est des travailleurs qui, pendant quinze ans, ont travaillé dans de dures conditions, sans contrat, ni affiliation sociale »,a-t-il laissé entendre.
Le syndicaliste poursuit :  » Le protocole d’accords devait expirer le 31 décembre. Nous sommes aujourd’hui, le 1er janvier, et il n’a pas été respecté du tout. L’ultimatum est terminé. Nous allons reprendre notre mouvement de grève. Ça c’est sûr ».
 
Cependant, du côté du syndicat des transports routiers, on applaudit la mesure. « Le renouvellement a commencé en 2005, jusqu’en fin 2021, il y a des lenteurs que nous déplorons toujours. Si le président nous promet d’injecter 400 bus pour terminer ce renouvellement, nous ne pouvons que nous en féliciter. Parce que les Sénégalais ont besoin de se déplacer avec une certaine sécurité », se démarque le Secrétaire général de l’Union des routiers, Gora Khouma.
 
Le syndicaliste invite à corriger quelques anomalies: « il y a des ‘’Car rapide’’ et Ndiaga Ndiaye, qui ne sont pas autorisés à circuler à Dakar. Parce qu’ils ont la licence rouge qui est interurbaine. Donc, le renouvellement ne concerne que la licence jaune. Mais comme il y a un déficit de véhicules, c’est pourquoi, ils circulaient ».
Diaraf DIOUF Senegal7
laissez un commentaire