Accueil Non classé VIDEO. Ligue 1, Lille-PSG (0-1) : Cavani-Di Maria, l’éclair du nord

VIDEO. Ligue 1, Lille-PSG (0-1) : Cavani-Di Maria, l’éclair du nord

Le match a basculé vendredi soir sur une action entre les deux joueurs parisiens.

Leurs deux destins contraires se sont recroisés hier soir. Edinson Cavani, l’homme qui porte le PSG malgré ses irrégularités, et Angel Di Maria, la grande déception du début de saison, ont longtemps symbolisé l’inefficacité parisienne. Avant de s’associer pour marquer le but de la décision.

 

Quand les deux Sud-Américains ont enfin percé le blindage double-couche de Lille, ils ont affiché une joie rageuse. Celle de Di Maria, était teintée de soulagement, forcément, après ses semaines difficiles. L’Argentin a réalisé un geste de classe pour servir Cavani à l’entrée des six mètres.

 

De cette distance-là, le Matador pouvait difficilement tirer au-dessus, contrairement à deux énormes occasions ratées précédemment (42e et 58e). Il a catapulté violemment le ballon au fond des filets. D’un même mouvement, il a inscrit son 10e but de la saison en Ligue 1 et effacé les doutes d’un classico où ses occasions ratées avaient pesé lourd. Il est au passage redevenu le meilleur buteur européen de la saison, toutes compétitions confondues, à égalité avec Lionel Messi (14 réalisations).

Pour Di Maria, cette quatrième passe décisive de la saison en L1 récompense une prestation plus aboutie mais encore très contrastée. Il a pourtant retrouvé la joie du buteur. L’espace de quelques secondes. Il avait eu le temps de s’envoler vers le poteau de corner à gauche, vu de la tribune présidentielle, les deux pouces et index joints pour former un cœur.

 

Puis son visage s’est figé, marqué par l’incompréhension. Cyril Saint-Cricq Lompre, l’arbitre assistant, venait de signaler, très à retardement, une main dans sa course. Les trois premiers ralentis, dont l’arbitre ne dispose pas, semblent formels, l’Argentin ne donnent pas l’impression de toucher le ballon du bras droit sur le dégagement contré d’Enyeama.

 

L’Urugayen a marqué la moitié des buts parisiens

 

C’était déjà sa troisième occasion nette de la rencontre. Avant cela, il avait trouvé Enyeama dans un angle fermé (17e) et manqué un face à face, parfaitement lancé par Lucas (22e). « Pour donner de la confiance, on peut continuer d’aligner le joueur ou choisir de l’éloigner des projecteurs », avait expliqué avant la rencontre Unai Emery. L’Espagnol avait décidé de la première option, comme ces dernières semaines.

 

A la différence près qu’il a replacé l’ancien madrilène dans le couloir droit, donnant à son équipe une allure encore plus semblable à celle aligné par son prédécesseur Laurent Blanc. Di Maria en a profité, pour beaucoup rentrer dans l’axe et retrouver une influence inexistante ces dernières semaines. Il a perdu un peu moins de ballons et réussi un peu plus de gestes. Son déchet reste important et l’embellie devra être confirmée pour que l’Argentin s’affirme comme le pourvoyeur officiel d’Edinson Cavani, l’homme qui marque la moitié des buts du PSG.