L'Actualité en Temps Réel

Violences à Paris : Matignon admet des « dysfonctionnements »

0

Matignon a reconnu dimanche avoir constaté des « dysfonctionnements » dans le dispositif de sécurité lors de la mobilisation des Gilets jaunes samedi à Paris. Le Premier ministre doit annoncer de nouvelles mesures de maintien de l’ordre lundi.

La préfecture avait mobilisé samedi 16 mars quelque 5 000 membres des forces de l’ordre dont une quarantaine d’unités CRS et gendarmes mobiles pour sécuriser l’acte 18 de la manifestation des Gilets jaunes à Paris. Pourtant la police a semblé débordée par la violence des casseurs qui ont saccagé une partie des Champs-Elysées. Le gouvernement a admis dimanche des « dysfonctionnements » dans le dispositif de sécurité mis en place.

Une réunion s’est tenue en urgence dimanche après-midi autour du chef du gouvernement avec la ministre de la Justice Nicole Belloubet, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et son secrétaire d’Etat Laurent Nunez pour faire le point après les violences et les dégâts matériels de samedi sur les Champs-Elysées. Le Premier ministre Edouard Philippe fera « ses propositions d’adaptation à Emmanuel Macron lundi à 11h30 », a annoncé Matignon.

Une soixantaine de manifestants ont été blessés ainsi que 29 membres des forces de l’ordre, a précisé la préfecture de police de la capitale. Deux cents personnes ont été placées en garde à vue à Paris, dont 15 mineurs, selon le parquet.

« Il faut tirer toutes les conséquences de ces dysfonctionnements »

« L’analyse des événements d’hier met en évidence qu’il s’est révélé insuffisant dans son exécution pour contenir ces violences et éviter les agissements des casseurs. Il faut tirer toutes les conséquences de ces dysfonctionnements », a ajouté dimanche Matignon, à l’issue d’une réunion du chef du gouvernement avec les ministres de l’Intérieur Christophe Castaner et de la Justice Nicole Belloubet ainsi que le secrétaire d’Etat Laurent Nunez.

« Notre dispositif avait été profondément adapté à la suite des événements du 1er décembre », ajoute Matignon, en référence à un premier pic de violences avait été atteint en marge du mouvement social des « gilets jaunes ».

Le Premier ministre Edouard Philippe « fera ses propositions d’adaptation au président de la République demain [lundi] à 11h30 pour renforcer la doctrine et s’assurer à tout moment de la fermeté de son exécution. Les annonces seront faites dans les heures suivantes », précise encore Matignon.

Le gouvernement dénonce une nouvelle fois des « événements d’une violence inacceptable contre les biens et des personnes » qui « doivent être condamnés avec la plus grande fermeté ». « Ils sont le fait de casseurs, de pillards, d’incendiaires, et tous ceux qui encouragent de tels actes sont leurs complices », juge Matignon.

Le Sénat veut entendre le ministre de l’Intérieur

Les sénateurs ont annoncé de leur côté leur intention d’interroger Christophe Castaner ainsi que le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, mardi après-midi.

Les commissions des lois et des affaires économiques du Sénat précisent dans un communiqué qu' »au vu de ces événements d’une réelle gravité », elles entendront les deux ministres « sur les moyens mis en place face aux troubles et « sur les conséquences de ces nouvelles dégradations sur la situation du commerce et l’attractivité économique de notre pays ».

senegal7 avec france24

laissez un commentaire