Accueil Actualités Violences en période préélectorale au sénégal : La Société civile accuse le...

Violences en période préélectorale au sénégal : La Société civile accuse le pouvoir

La Société civile Sénégalaise  accuse le pouvoir d’être responsable de la situation politique tendue dans le pays. Ces observateurs ont indiqué que le parrainage, l’absence de  dialogue, la révocation de Khalifa Sall, entre autres, sont autant de facteurs défavorables à la paix et que le pouvoir à réussi à instaurer.

Las acteurs de la société civile n’ont pas cherché de midi à quatorze heures pour tenir le pouvoir de Macky responsable de la situation tendue en cette période séparée de six mois de l’élection présidentielle. Cette révélation est faite, hier, par une frange de la société civile, dans un communiqué signé Enda-Graf Sahel, le Forum social sénégalais (Fss),le Gradec,la Ligue sénégalaise des droits de l’homme (Lsdh),le réseau Africain pour le développement intégré ‘Radi) et Wanep-Senegal. « Le rejet de l’inscription de Karim Wade sur les listes électorales, l’inopportunité de la révocation, par le président de la République, du Maire de Dakar sous le prétexte d’une condamnation en vertu des articles 135 et 140 du code général des collectivités territoriales alors   même que toutes les voies de recours ne sont pas épuisées ainsi que  l’interdiction et la répression de la manifestation de l’opposition le 4 septembre avec des arrestations de leaders politiques constituent autant de faits qui font monter les périls en direction de l’élection présidentielle à venir »,déplorent les signataires de ce communiqué, rapporte WalfQuotidien.

Assane SEYE-Senegal7