Accueil Actualités Voter avec les récépissés, passeports, permis de conduire : Vers une crise post-électorale...

Voter avec les récépissés, passeports, permis de conduire : Vers une crise post-électorale !

Les élections législatives du 30 juillet 2017 vont être la consultation électorale la plus disputée au Sénégal depuis la première alternance démocratique intervenue en 2000. Une quarantaine de listes ont été validées au Ministère de l’Intérieur. La mouvance présidentielle et l’opposition se disputent 165 députés dont 15 dédiés à la disposa.

Le Président Macky Sall compte à nouveau sur la coalition qui l’avait porté au pouvoir en 2012 pour obtenir une majorité écrasante lui permettant de gouverner au mieux le Sénégal.

Cependant, l’Alliance pour la République, a trop vite et mal grandi. Les responsables de l’Apr n’ont pas eu le temps de murir politique avant de conquérir le pouvoir. C’est pourquoi le parti présidentiel a l’allure dans les départements d’une vraie armée mexicaine évoluant dans un désordre entropique qui ne favorise pas une entente entre camarades républicains, le respect de la discipline du parti et l’émergence de nouveaux «patrons» politiques dans les localités.

Le Pm, roue de secours de Macky Sall

Au vu des prétentions des uns et des autres, le chef de l’Etat, Macky Sall, par ailleurs, Préside t de l’Apr et de la grande coalition Benno Bokk Yaakaar, a porté son choix son premier ministre. Une personne neutre, au dessus des guerres de positionnement qui mine dans certaines localités, l’Apr et Benno Bokk Yaakaar.

Les 7 sages, comme plan B de Macky

Le doute n’était pas permis. La saisine des sept sages par le chef de l’Etat, a été une simple formalité. Parce que les observateurs avertis savaient que l’avis du conseil constitutionnel allait être sans aucun doute favorable à Macky Sall qui cherche à tout prix à avoir une majorité écrasante à l’Assemblée nationale.

Comme lettre à la poste

C’est au troisième jour que les 7 sages du Conseil constitutionnel ont donné leur avis. Sans surprise, il a répondu aux attentes du chef de l’Etat, de l’Apr et de la coalition Benno Bokk Yaakaar. L’avis a validé le vote avec un autre document. Les citoyens qui n’ont pas retiré leur carte biométrique de la CEDEAO, peuvent voter avec leurs récépissés de dépôt, leur passeport ou leurs anciennes cartes.

Un document d’immatriculation pour les primo-inscrits non détenteurs d’un des trois premiers documents administratifs. C’est dire que le Conseil Constitutionnel n’a pas pris de temps pour répondre au Chef de l’Etat.

Vers de sérieux contentieux électoraux

La tête de liste nationale de la coalition gagnante Manko Wattu Senegaal, Abdoulaye Wade, ne veut rien savoir de la proposition de Macky Sall de voter avec un passeport, un permis de conduire, ou un document autre que la carte d’identité nationale biométrique de la Cedeao.

Récemment, alors qu’il était en caravane à Kaolack dans le cadre de sa marche bleue, Abdoulaye Wade a rompu le silence dans lequel il s’est emmuré, depuis quelques temps. Il a tenu à dire tout le mal qu’il pense de la démarche du président de la République qui vient de saisir le Conseil constitutionnel afin que soient autorisés à voter tous ceux qui se présenteront le jour du vote avec une carte d’identité nationale numérisée, une carte d’électeur numérisée, un passeport, un permis de conduire ou un document d’immatriculation pour les primo-inscrits non détenteurs d’un des quatre premiers documents administratifs.

Connaissant que la saisine du chef de l’Etat va passer comme lettre à la poste devant les 7 sages, Wade, tête de liste nationale de la coalition gagnante MankoWattu Senegaal s’est adressé non pas au Chef de l’Etat, mais à ses partisans : ceux qui représenteront la coalition gagnante dans les bureaux de vote le jour du scrutin. Il leur demande de s’opposer au vote de tous ceux qui se présenteront avec lesdits documents.

Cet avis de Me Wade est partagé par nombre de coalitions, notamment Manko Taxawu Senegaal, «Leraal» de Me El hadji Diouf, «Yeesal Sénégal» de Fada, pour ne citer que ceux-là. Tous s’opposent à la saisine du chef de l’Etat.

Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici