Accueil Actualités Ziguinchor : L’histoire d’une grande mosquée interdite à la célébration de la...

Ziguinchor : L’histoire d’une grande mosquée interdite à la célébration de la Korité et Tabaski

WhatsApp Image 2019 08 14 At 15.53.56

L’histoire d’une mosquée construite vers les années 1968 dans le quartier de Niafoulène à l’intérieur de la ville de Ziguinchor. Baptisée au nom de «mosquée de la paix» et autrement appelée, «Djouma kouto», ne faisait pas l’unanimité à cause des tiraillements de poste d’imams.

Selon un vieux témoin de la naissance de cette mosquée, «depuis le début de la construction de l’édifice religieux, il y’avait des problèmes. De l’occupation du site qui était déjà habité et un lieu de travail champêtre pour quelques familles malheureusement qui ont vu perdre leur site par degré présidentiel. Dans sa phase construction, les travaux ont été bloqués pendant dans les années 70 et après reprise dans les années 80, le même scénario d’arrêt des travaux s’est reproduit à cause de détournements de fonds et de matériels », a-t-il confié.

Avant de poursuivre : «ce lieu de culte musulman, est resté plus d’un quart de siècle avant d’être ouvert le 08 décembre 2006 à l’occasion de la visite de feu Sérigne Mansour Sy, Khalif général des Tidianes».

A en croire toujours le vieux sous couvert de l’anonymat : «le khalife général des Tidianes à l’époque, avait joué un rôle capital pour l’ouverture de cette mosquée. Il avait reçu des différentes parties en conflit pour le poste d’imam a maintes reprises. Ce qui a fini à donné un consensus et c’est ainsi qu’il est venue en tant que personnalité religieux pour ouvrir définitivement cette mosquée».

Un évènement qualifié de miraculeux, car cette mosquée a été construite en 1968 et depuis lors personnes ni priait.

Des éthnies se disputaient pour le poste d’imam, et avant Borom Daradji, aucun compromis n’étant possible, ni du côté des autorités administratives, ni des chefs religieux à chaque tentative d’ouverture. Ce sont des forces de l’ordre qui encerclaient la mosquée. Cette situation avait dans le temps frustré les Ziguinchorois surtout les riverains» a témoin un vieux d’environ 80 ans et résident du quartier.

L’ouverture de ce temple religieux avait pourtant suscité l’espoir d’une paix retrouvée tellement le soulagement était grand. Malheureusement, depuis son inauguration par Borom Daradji, cette mosquée n’a jamais abrité de prières de Tabaski comme de Korité.

En fin la hache de guerre serait sans doute définitivement enterrée. Après des séries de médiations réussies, entreprises par les autorités administratives, religieuses, etc et sous la houlette du préfet Ibra Fall, les 2 Rakkats de la prière de l’Aïd El Kebir (Tabaski) du Lundi 12 Août 2019 passé a été finalement effectuées à la Mosquée de la Paix, sise à Niéfoulène/Ziguinchor pour la première fois dans l’histoire. La prière des deux Rakkats de la Tabaski a été dirigé par l’Imâm Kalifa Sané. Plus de 4.000 musulmans ont prié derrière l’Imâm Sané en ce jour de la Tabaski 2019.

Il faut retenir que ces interdictions sont dues à l’échec du consensus de médiations fructueuses qui ont été faites auprès des communautés opposées par un conflit ayant duré plusieurs dizaines d’années et dont l’une des conséquences est la non célébration des Rakkats des deux Aïds ( Korité et Tabaski) à la dite Mosquée de la Paix appelée autrement Djouma Kout. Mais, depuis la Tabaski de ce lundi 12 août passé, cette histoire sera désormais conjugaison au passé. Ce qui sera un véritable espoir parmi tant d’autres pour la paix en Casamance.

WhatsApp Image 2019 08 14 At 15.53.56 (1)

WhatsApp Image 2019 08 14 At 15.53.56

WhatsApp Image 2019 08 14 At 15.53.57

WhatsApp Image 2019 08 14 At 15.53.58 (1)

WhatsApp Image 2019 08 14 At 15.53.58

WhatsApp Image 2019 08 14 At 15.53.59

WhatsApp Image 2019 08 14 At 15.55.24

WhatsApp Image 2019 08 14 At 15.55.25 (1)

WhatsApp Image 2019 08 14 At 15.55.25

Pape Ibrahima Diassy