Accueil Actualités Ousmane Sonko, le Bulldozer !

Ousmane Sonko, le Bulldozer !

Il fonce tête baissée et ne s’embarrasse pas de trop de ces calculs si chers aux politiciens traditionnels. L’audace en bandoulière, Ousmane Sonko casse les codes et c’est peut être le secret de l’ascension fulgurante de cet inspecteur des impôt, inconnu du grand public il y’a cinq ans. Le leader du parti Pastef aime les tempêtes. Un caractère qu’il s’est surement forgé lors de ses années de syndicalisme. Oui, il a été à l’origine de la création du Syndicat Autonome des Agents des Impôts et Domaines (SAID) qu’il a eu à diriger entre 2005 à juin 2012. Ousmane Sonko a commencé à sortir de l’anonymat, à travers de fracassantes révélations qui faisaient les choux gras de la presse autant qu’elles jetaient l’embarras au sein des « prairies marron-beige » du régime. La riposte n’allait pas tarder, Ousmane Sonko est radié de la fonction publique le 29 août 2016. Le Parti Pastef était né un an auparavant. Nanti de son aura de martyr, Ousmane Sonko, va créer la surprise lors des élections législatives en 2017 en réussissant à être élu député. La tribune parlementaire sera une aubaine pour cet orateur qui a le don de réveiller l’indignation chez les plus oisifs. Les casseroles du régime seront encore plus bruyantes avec ce dénonciateur qui détient la formule pour embêter ses adversaires.  Sa cible favorite le « système ». Très rapidement, son discours séduit et convainc une bonne frange de la population. Le « petit candidat » des élections législatives va ainsi faire des pas de géants pour devenir l’un des plus redoutables adversaires de Macky Sall à la dernière présidentielle. Il va terminer troisième derrière Macky Sall et Idrissa Seck. Cette page tournée, Ousmane Sonko est vite repartit à l’assaut du régime et ne rate aucune occasion pour épingler ses failles et brandir ses scandales. Mais depuis quelques temps, les flèches de ce « sniper » ne sont plus réservées au seul régime. Ses collègues de l’opposition y prennent également pour leur grade. Le débat autour du statut du Chef de l’opposition a réveillé une sourde rivalité avec Idrissa Seck qui se distingue par un silence assourdissant. Par des allusions assassines, Ousmane Sonko accuse l’ancien Premier ministre de complaisance. Un coup bien calculé… Le leader du parti Pastef le sait, Idrissa Seck est un obstacle à ses ambitions… et lui, il ne rêve que du « Grand soir »… Tête baissée, il fonce… comme un bulldozer.

Mbissane TINE-Senegal7

10 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici