L'Actualité en Temps Réel

1 an de plus pour le livre de Pape Ngagne N’diaye

0

Très connus à travers les médias Pape Ngagne N’diaye est sans doute l’un des journalistes les plus suivis du Sénégal. Pourtant le présentateur de Farram Facce s’est fait distingué à lui tout seul dans le monde médiatique. Un parcours qu’il a retracé dans son livre « Par-cours d’un journaliste autodidacte » dans celui-ci il a touché plusieurs points concernant son émission, sa vie, son parcours et c’est ouvert sur quelques confidences.
1 an de plus pour le livre de Pape Ngagne N’diaye
Concernant les points sur son émission, le journaliste parle de Moustapha Diakhaté Khadimoul Khadim qui fait parti des invités qui l’on beaucoup marqué. Cela est dû au fait que ce dernier l’avais invité pour un sujet assez délicat qui avait secoué les médias et la population en voici quelques lignes : « (…) Moustapha Diakhaté Khadimoul Khadim fait partis des invités qui m’ont le plus marqué, car sa venue coïncidait avec un événement qui avait secoué les médias et la population sénégalaise à l’époque. En effet, Joe Ramaka venait de sortir un film Karmen. A la mort de la directrice de prison qui était lesbienne et chrétienne; les gens qui l’accompagnaient au cimetière scandaient un khassaide de Serigne Touba. Ce qui avait créé beaucoup de controverses autour de ce film. Moustapha Diakhaté Khadimoul Khadim fut l’un des pourfendeurs les plus acharnés du film de Joe Ramaka, car il considérait cet acte comme une profanation de l’oeuvre du saint homme Cheikh Ahmadou Bamba. Pour avoir une autre position sur cette affaire, j’ai invité Sidy Lamine Niasse, mon futur patron à Walf, qui défendait la dimension artistique du film. Je me rapelle lui avoir posé la question : auriez- vous eu le même point de vue si le film avait mis l’accent sur les écrits de Baye Niasse à la place de ceux de Serigne Touba? Sa réponse était qu’il allait le défendre, quel que soit l’auteur des écrits sur qui portait le film. (…) ».

Pape Ngagne N’diaye a tenu à souligner une partie de sa vie concernant sa famille dans son livre, mais plus à son demi-frère Ngoma N’diaye. Voici quelques lignes de ses écrits : » (…) A dakar je vivais dans la maison familiale avec mon grand frère de même père. Ngoma N’diaye avait un an de plus que moi. La jalousie et la rivalité que connaissent beaucoup de demi-frères nous étaient totalement étrangères. Il me protégeait et me soutenait. Il avait beaucoup contribué à faciliter mon parcours professionnel. Il avait une culture de l’histoire que je n’avais pas. Il aurait pu pérenniser l’héritage familial, mais l’inéluctable trépas l’emporta à fleur de l’âge, suite à une longue maladie, laissant derrière lui un garcon, homonyme de notre père El Hadji Boucounta N’diaye et une fille qui porte le nom d’une grande amie, Khady Camara. Que Dieu les assiste. (…) Mon attachement envers lui est désespérément rendu par cette phrase que j’ai l’habitude de prononcer parlant de lui : << Si on m’assurait de pouvoir me réaliser un voeu, mais uniquement un seul voeu dans la vie, je demanderais le retour en vie de Ngoma N’diaye>>. C’aurait été une sorte d’appel christique à Lazar. Q’Allah l’accueille dans son immense mansuétude en terre sainte de Darou Salam à Touba ou il repose. (…) ».

Le journaliste Pape Ngagne N’diaye de par l’image de fermeté qu’il reflète lors de ses émissions, son livre montre un tout autre aspect de sa personnalité les hauts et les bas par lesquels il est passé l’on forger pour être devenu celui qu’il est aujourd’hui. Ce 14 Avril marque les un an de son livre, un an que certains sénégalais ont une autre image de lui, un an que certains jeunes savent que l’on peut réussir en étant formé dans le tas.

Joyeux Anniversaire à ce bel ouvrage.
1 an de plus pour le livre de Pape Ngagne N’diaye1 an de plus pour le livre de Pape Ngagne N’diaye
kingfm.sn

laissez un commentaire