Accueil Actualités 18 SAFAR 2018-Khadimou Rassoul : L’incarnation des valeurs universelles de l’Islam

18 SAFAR 2018-Khadimou Rassoul : L’incarnation des valeurs universelles de l’Islam

L’administration coloniale percevait  l’Islam comme l’incarnation du non de tous ceux qui étaient contre l’autorité française. Les colons considéraient que le triomphe de l’Islam signifiait l’échec de la colonisation. Il leur fallait donc réduire à néant Cheikh Ahmadou Bamba qui incarnait à cette époque les valeurs cardinales de la religion du prophète Mohameth (Psl).C’est ainsi qu’ils l’ont arrêté  le 10 août 1895, soit 18 Safar 1313 de l’hégire afin d’en finir avec  lui. Et parmi les épreuves inhumaines que le Cheikh a subi, celle de son face-à-face avec le lion affamé.

Bien avant que  Cheikh Ahmadou Bamba ne soit exilé au Gabon, l’administration coloniale  avait bien planifié son modus operandi sur sa personne. Une sorte de mise en accusation du Cheikh avait été savamment orchestré à l’époque au regard de son influence grandissante auprès des populations qui voyaient en lui l’incarnation de l’Islam. Une religion qui était la seule voie de salut  pour leur restituer leur dignité et leur liberté de culte. A cette période du XIX siècle, une crise multiforme  s’était abattue sur la société sénégalaise. Crise qui était surtout tributaire de la traite négrière. Les expéditions de grandes envergures se combinaient aux révoltes et aux pillages et des vols de toutes sortes. La société vivait dans une sorte de vide spirituel d’après les archives des historiens. Refusant ainsi de continuer à se soumettre à l’aristocratie dirigeante, les musulmans prenaient souvent les armes pour combattre les régimes despotiques. C’est ainsi qu’ils décidèrent de recourir à la loi Islamique incarnée à l’époque par Cheikh Ahmadou Bamba. L’administration coloniale décida alors d’en finir avec le Cheikh qu’elle considérait comme un ennemi juré, un adversaire de taille qui agissait sur la conscience de ses adeptes au détriment de leur politique colonisatrice. Les colons l’encerclèrent à l’étape de Mbacké Barry, au Djoloff où il  est resté 4 mois. Mais l’envergure du Cheikh était telle que l’administration coloniale avait aussitôt compris qu’elle avait en face d’elle un homme de Dieu et  non un chef de guerre qui prônait la guerre sainte. Mais cette remarque ne leur  empêcha pas, à l’étape de Saint-Louis de confronter le Cheikh avec un lion affamé  dans une cellule. Mais la suite est connue de tous car ce lion était devenu doux comme un agneau devant Khadimou Rassoul. Et cette étape cruciale du  fondateur du mouridisme était en prélude à son exile du Gabon où il passera 7 ans avec tout ce que ça comporte comme tentative de liquidation vouée à l’échec. Ainsi face à l’ordre colonial, Cheikh Ahmadou Bamba était l’incarnation parfaite des valeurs universelles de l’Islam. Le 18 SAFAR illustre bien son statut élevé au rang de SERVITEUR du PROPHETE MOHAMETH (Psl).

Assane SEYE-Senegal7

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici