L'Actualité en Temps Réel

Processus électoral : La logique démocratique exclut-elle le système de parrainage ?

0

Le débat fait rage sur le système de parrainage qui divise aujourd’hui les sénégalais à quelques jets de l’élection présidentielle de 2019.L’opposition tout comme le pouvoir rivalisent d’ardeur pour  se livrer à un argumentaire béton pour convaincre l’opinion. Mais au-delà de ce bouillonnement, il urge de se demander si la logique démocratique exclut le système de parrainage.

Tous les sénégalais n’ont apparemment pas la même compréhension et les mêmes appréciations  du système de parrainage des candidatures à l’élection présidentielle de 2019. Le but principal du parrainage  est de limiter le nombre des  candidatures fantaisistes. Pour ce faire, il faudra réunir 65 mille parrains pour pouvoir participer à l’élection, soit 1% des électeurs inscrits pour le parrainage de chaque candidat et ceux-là doivent provenir de 7 régions avec 2000 signatures, au minimum par localité. Du coup, les candidats qui n’auraient pas ce profil sont tenus de renoncer à se présenter. Tant il est vrai que les dernières législatives de 2017 où il y avait  47 listes, ont servi de bréviaire aux autorités pour tendre vers le parrainage pour la prochaine présidentielle. Mais bien des zones d’ombre subsistent  dans cette dynamique car comparaison n’est pas raison. En effet non seulement le contexte  pré-électoral chargé d’adrénaline ne s’y prête pas. Aussi, les affaires Khalifa Sall  et Karim Wade ainsi que d’autres « présidentiables » hors course, donnent l’impression à l’opinion que le Président sortant cherche par tous les moyens à écarter de potentiels adversaires. Sy’ ajoute le Conseil Constitutionnel en charge de filtrer les candidatures et de procéder à leur criblage. Un Conseil Constitutionnel qui suscite bien  des appréhensions de la part de certains potentiels candidats pour avoir par le passé, rendu des avis ou décisions de justice qui n’ont pas rencontré l’adhésion des sénégalais. De surcroit, du moment qu’on ne nait pas Président  mais  qu’on le devienne, il y a fort à parier qu’il faudrait être plusieurs fois candidats pour espérer enfin être connu des sénégalais. Et sur le plan  des programmes politiques, le sénégalais n’en a cure. Ce qui l’intéresse et la culture à laquelle il est initié, c’est de voter la personne. Tous ces manquements en effet démontrent à suffisance que le système de parrainage est certes rationnel et bénéfique à l’avenir mais pour cette adversité, il est clair que la logique démocratique  l’exclut devant l’égalité des chances. Car,  quand la logique des plus forts est implacable par rapport aux plus faibles, toute notion d’équilibre démocratique est bannie.

Senegal7.com

 

 

laissez un commentaire