Accueil Actualités Bon mathématicien : Macky, pas bon communicant

Bon mathématicien : Macky, pas bon communicant

Macky

Le constat est unanime. A chaque fois que Macky Sall, Président de la république fasse une sortie sur une question brûlante de l’heure, il passe complètement à côté. Ce qui est au regard de certains observateurs, une véritable catastrophe communicationnelle. «Si Macky Sall est un bon mathématicien, il n’est pas un bon communicant».

L’affaire de l’augmentation des salaires des enseignants et celle du rapatriement des Sénégalais de Wuhan, en chine ou sévit le Coronavirus, le montre à suffisance.

«Le Sénégal n’a pas les moyens de rapatrier ses compatriotes…»

Tandis que plusieurs pays africains ont commencé à rapatrier leurs ressortissants installés en Chine, Macky Sall a estimé le rapatriement des Sénégalais de Wuhan « hors de portée du Sénégal ».

Alors que l’Algérie, le Maroc ou encore la Mauritanie ont rapatrié certains de leurs ressortissants depuis la ville de Wuhan, épicentre de l’épidémie de Coronavirus qui sévit en Chine, le Sénégal n’a pas les moyens de faire de même.

C’est en tout cas ce qu’a annoncé le président Macky Sall, lundi 3 février 2020, à Dakar en marge de la cérémonie «de levée des couleurs» au palais présidentiel. Il a notamment évoqué « une logistique tout à fait hors de portée du Sénégal, [logistique pour laquelle] même les grands pays ont eu beaucoup de difficultés », sans préciser le coût d’une telle opération.

La veille, l’association des étudiants sénégalais en République populaire de Chine (AESC) demandait le « rapatriement immédiat » des treize étudiants sénégalais de Wuhan. « Nous sommes surpris par la décision de l’État sénégalais. Il est de sa responsabilité de veiller à la sécurité de ses citoyens, sur le territoire comme à l’extérieur », réagit le président de l’AESC, Cisko Bécaye, interrogé par Jeune Afrique.

Toute augmentation des salaires des enseignants rejetée

En marge de la dernière traditionnelle cérémonie de dépôt des cahiers de doléances des syndicalistes, alliant humour et fermeté, le chef de l’Etat a été intraitable sur certaines demandes. Il dit non à toute augmentation des salaires, vu la masse salariale déjà excessive et qui engloutit presque toutes les recettes de l’Etat. Il refuse aussi l’alignement par le haut des indemnités des agents de l’Etat, comme le réclament les syndicats, de l’éducation et de la santé surtout. Le chef de l’Etat ne veut pas non plus que les syndicalistes accusent l’Etat de non-respect de ses engagements, en ce qui concerne les terrains qui leur sont octroyés, dans la mesure où ce n’est pas du tout un droit. Et aux enseignants qui se plaignent de «surimposition», il leur fait comprendre qu’il n’en est rien. Il n’accepte pas non plus qu’on lui force la main, parce que même s’il est sensible à la souffrance des compatriotes concernés, il ne peut pas passer tout son temps à réparer les erreurs des autres, au risque de ne rien faire pour lui-même.

Communication fracassante…

Au regard de ces deux cas, il n’est point exagéré de dire que «la communication du chef de l’Etat, Macky Sall est violente». Car, en matière de communication, les éléments de réponse sur une question bien donnée varie en fonction des attentes. Et en communication comme qui dirait «toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire», parce que nous sommes dans un terrain à plusieurs variables. Et le ton y est pour quelque chose, différemment des mathématiques. En mathématique, la même équation résolue au Sénégal, en français est reste la même en Chine, en langue chinoise. Ce qui n’est pas le cas en littérature.

Donc, on peut être un bon mathématicien, et ne pas être un bon communicant.
Assane SEYE-Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

cinq × quatre =