Accueil Actualités Virée risquée des jet setteurs à Reubeus : Fin de la bamboula...

Virée risquée des jet setteurs à Reubeus : Fin de la bamboula !

Association de malfaiteurs, usage de drogue, non assistance à une personne en danger, violation du couvre-feu. La coupe risque d’être pleine pour la bande à Dame AMAR qui va séjourner à Rebeuss dans des circonstances troublantes pour de jeunes bourgeois fortunés. Entre le virus qui vide les cellules et les rigueurs de la détention, c’est bien la fin de la bamboula risque d’être pleine pour la bande à Dame Amar qui va séjour des jet setteurs qui avaient pignon sur rue aux Almadies.

Même si les faits mortels ceinte de « Golden » ont eu lieu dans l’en au niveau de l’appartement privé de la famille Diao, ces jeunes Vip sont plutôt connus au niveau du centre névralgique des Almadies, entre Five, Barramundi, Duplex, et certains endroits de plaisir sous couverts de restaurants ou bar-dancings.

Des clients assidus aux serveurs, entremetteurs ou facilita teurs d’affaires, en passant par les propriétaires véreux et gérants complices dans la revente de drogue dure, c’est toute la mafia des Almadies qui est touchée ; et chaque profil, dans la bande qui passera sa première nuit en taule, renseigne des ramifications de cette affaire qui a fini avec le décès de la jeune et belle Hyba Thiam.

Seulement trois ans auparavant, la poudre blanche avait fait parler d’elle dans le cercle des mannequins de la capitale et le décès tragique de Maty Mbodj, par overdose, est similaire à la disparition tragique de la Daf de la société d’intermédiations, Hyba, à qui le destin promettait un réel avenir.

Louty Bâ, Dame Amar, Djadja Tall, Amadou Niane, Poupette, Nekh, sont pourtant loin des caïds qui tiennent le haut du pavé dans le Dakar By Night. Même si le clan s’est constitué autour de Dame Amar qui traîne la réputation de tirer sur tout ce qui bouge, les acteurs de la pièce mortelle ne sont pas des enfants de joie. En dehors de la défunte et du fils du défunt milliardaire, ce sont des rats de boîte qui ont toujours évolué dans l’enfer feutré des clubs huppés de Dakar.

Dans cette faune nocturne où s’entremêlent des enfants gâtés et des brebis galeuses, de petits meurtres entre bandes rivales rythment le tempo des scandales pour la plupart réglés dans l’intimité du cercle famillial.

 

Kritik’

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici