Accueil Actualités Loi sur le parrainage, mort de Fallou Sène : Ce qui risque...

Loi sur le parrainage, mort de Fallou Sène : Ce qui risque de perdre le Macky en 2019

Un mécontentement généralisé du peuple sénégalais ne plaide pas toujours en faveur d’un pouvoir qui refuse de dialoguer et qui persiste toujours dans sa volonté opiniâtre de faire passer ses desseins. La loi très controversée sur le parrainage reste une couleuvre difficile à faire avaler aux sénégalais. S’y ajoute le non-paiement de la bourse des étudiants qui a entraîné la mort de Fallou Sène. Du coup, le pouvoir de Macky se retrouve sur la sellette à quelques jets de la présidentielle.

Le pouvoir de la force n’a jamais été l’apanage des grandes démocraties et le Sénégal qui était jusqu’ici perçu comme une exception démocratique par ses pairs sous-régionaux, est aujourd’hui relégué au dernier plan. A l’évidence, le processus électoral demeure toujours, plombé par un capharnaüm de désaccords  qu’il ne sera pas aisé de démêler entre la majorité et l’opposition. La loi très controversée sur le parrainage est venue complexifier l’organisation de la présidentielle et menacer de facto, la pluralité de candidatures  prévue aux starting-blocks .Et comme si cela ne suffisait pas, le pilotage à vue suscité par l’enseignement supérieur, a poussé les étudiants en mal de restauration, à déclarer un casus belli, qui aura abouti à la mort de l’étudiant Fallou Sène, tué par balle par les forces de l’ordre, à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. Ce qui a suscité    des réactions en chaine des sénégalais d’obédience confondue. Réactions qui continuent d’ailleurs de fuser de partout. L’impression générale qui se dégage  aujourd’hui est que le chef de l’Etat conduit de façon musclée les destinées du pays et ne tient  compte que de ses visées politiques. L’opposition continue de se braquer et les secteurs vitaux du pays se retrouvent  dans dune déliquescence indescriptible sur fond d’un slogan de l’émergence qui ne cadre guère d’avec le vécu difficile des sénégalais dans leur écrasante majorité. En effet dans un pays où tout est astreint à la chose politique, il reste clair que  la conjonction de ces ratés  d’ordre contingents ne plaide pas en faveur d’un pouvoir qui travaille à décrocher un second mandat. Aujourd’hui, il est impératif au chef de l’Etat de parler au sénégalais, de calmer les ardeurs  de l’opposition et de faire preuve de sursaut national. Car pour diriger un pays, on n’en fera jamais assez pour tenter de faire l’unanimité si l’on  s’en tient à cet adage « Gloire au pays où l’on parle ».

Senegal7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici