Accueil Actualités Campagne électorale : Le temps des attaques en règle entre candidats

Campagne électorale : Le temps des attaques en règle entre candidats

La campagne électorale est partie pour voir les candidats se tirer dessus comme des « cow-boys à la solde de leurs pistolets ». Des attaques en règle qui frisent parfois l’hyperbole. Mais l’élégance démocratique recommande toujours aux postulants à la magistrature suprême d’user de leurs argumentaires bétons pour dénigrer l’autre et mettre à nu ses faiblesses sans enfreindre la loi.

Macky Sall : « A Mbacké et Touba, il n’y aura pas de combat ».Dans cette sortie pour le moins tactique, le candidat de la coalition Benno Bokk yaakaar cloue au pilori ses adversaires et les décourage d’avance à ne pas s’aventurer à rivaliser avec lui sur ce territoire qu’il estime avoir déjà conquis. Mais Idy qui a débuté dans son fief a préféré remuer le couteau dans la plaie : « On ne dirige pas le Sénégalais par la force et le Niangal. Une diatribe qui en dit long sur les dossiers judiciaires de Khalifa et Karim et que le commun des sénégalais perçoit comme un pouvoir e la force qui chercherait à écraser ses adversaires. Sonko, l’antisystème sort du bois en ces termes : « Vous jeunes, ne restez pas les mains croisées ».Une manière au candidat de Pastef d’inciter les jeunes jusqu’ici indécis à se lever, à aller récupérer leurs cartes d’électeurs afin prendre leurs destins en mains. Le Pur qui a tendance à se purifier   en ces termes : « Macky Sall est encore Président pour 20 jours ».Issa Sall annoncerait au candidat sortant qu’il n’est Président de la République que durant les 20 jours qui le séparent de la fin de la campagne. Autrement dit, Macky pliera bagages  au soir du 24 février 2019.Pour Me Madické Niang, « Macky a détruit le pays, les Sénégalais souffrent. Le candidat de la « coalition  Madické 2019 » se transforme en alarmiste patenté pour inciter les détracteurs du candidat sortant à mieux croire que le pays est véritablement détruit et que les Sénégalais qui ne se reconnaissent pas du système, souffrent. Bref, voici le décor planté d’une élection présidentielle où les candidats ressemblent à des marchands d’illusion. Chacun dit que c’est lui q ui  a raison alors que seul le peuple Sénégalais a raison dans son intime choix.

Assane SEYE-Senegal

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici