Accueil Actualités Focus : Senghor « lamine » Diack !

Focus : Senghor « lamine » Diack !

focus

L’ancien patron de l’athlétisme mondial, Lamine Diack, 87 ans, a été condamné  par la 32e chambre du tribunal correctionnel de Paris à quatre ans de prison dont deux avec sursis et 500 000 euros d’amende, pour corruption sur fond de dopage russe. Les médias hexagonaux s’en donnent à cœur joie sur ce procès au relent purement raciste. Seulement contextuellement, Senghor n’avait pas tort  de valoriser un monde occidental qu’il opposait à l’émotion nègre. Et l’affaire Diack en est un exemple patent.

Les stigmates de  la trajectoire de la « peau noire » continue de transcender plusieurs générations voire plusieurs époques pour coïncider aujourd’hui avec le procès de Lamine Diack qui aura dirigé 15 ans durant l’athlétisme mondial.

Une prouesse et une longévité qui laisse pantois  un monde occidental raciste et moralement anachronique. L’affaire remonte au début des années 2010.

Lamine Diack, président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) de 1999 à 2015, a été reconnu coupable d’avoir accepté de l’argent et des contrats de sponsoring. En échange, il aurait retardé les procédures disciplinaires à l’encontre d’athlètes russes afin que ceux-ci puissent participer aux Jeux olympiques de 2012 et aux championnats du monde de 2013.

Sur le plan géostratégique, l’on comprend dès lors que l’Europe ne fait pas bon ménage avec la Russie qui s’affirme toujours comme une puissance redoutée mais aussi incontournable sur le plan sportif. Ainsi, face à une Europe réfractaire à l’idée de soutenir financièrement l’IAAF, Lamine Diack s’est tourné vers le pays de Vladimir Poutine et des pays asiatiques dits émergents.

Et forcément, cet isolement dont a été victime l’Europe était révélateur d’une cabale internationale montée de toute pièce contre Lamine Diack. Car, il faut l’avouer, c’est un monde de lobbies qui s’est abattu sur l’ancien patron de l’IAAS à la « peau noire ».

Ce sont vraisemblablement les  avatars de la colonisation et de l’esclavage qui se perpétuent sous une autre forme. Et bien des théoriciens et penseurs de notre pays en ont fait des réflexions discutables qui ne plaident pas forcément en faveur de l’Afrique et de la « peau noire ».

Le président Léopold Sédar Senghor l’avait théorisé par l’assertion : « l’émotion est nègre, comme la raison est heleine » (Senghor, 1939 : 295).Contextuellement, cette théorie qui n’a jamais été exempte de critique  magnifie un monde occidental porté à la raison et un monde de négro fait d’émotion.

Car, il faut l’avouer, le président Senghor est le père de la nation sénégalaise mais il convient  de préciser qu’il ne pouvait rien faire en dehors de la France. Les influences qu’il avait reçues du monde d’« heleine » avait fini par transparaitre dans ses écrits à l’époque.

Aujourd’hui, il « lamine » l’ancien patron de l’athlétisme mondial par le truchement de son assertion plus qu’actuelle. Un noir ne saurait donc diriger des occidentaux durant 15 ans  sans pour autant subir les contrecoups d’un racisme ancré et patibulaire.

C’est l’inaperçu qui gouverne le monde, dit-on souvent. Tous les griefs portés sur Lamine Diack ne seraient qu’un tissu de mensonge et de racisme béat. Encore une fois, l’on cherche à ternir l’image de l’Afrique comme par le passé !

Assane SEYE-Senegal7

 

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici