Accueil Actualités Procès en appel de Khalifa Sall : La partie civile corse la...

Procès en appel de Khalifa Sall : La partie civile corse la note

On ne peut présager de ce qui s’est passé entre la déclaration de candidature de Khalifa Sall et la plaidoirie de la partie civile de ce vendredi, mais les avocats de l’Etat ont choisi de corser la note.

Me Boubacar Cissé mouille les prévenus. « La caisse d’avance a été créée en 2003 par le maire Pape Diop. En 2009, Khalifa Ababacar Sall a été élu maire. Il a fait un discours de gestion sobre et vertueuse. Et donc, la caisse d’avance est là, vous vous êtes rendus compte qu’elle n’était pas légale et vous continuez à l’utiliser. De 2011 à 2015, vous avez dit avoir fait manger des prisonniers qui n’ont jamais vu du riz, du mil. Et chaque mois, on décaissé 30 millions après avoir établi de fausses factures. Ensuite, on établit de faux permis de réception. Et tout ça, était acté par Khalifa Ababacar Sall pendant près de 5 ans. Il a fallu que l’IGE intervienne pour qu’on découvre cela », argumente Me Boubacar Cissé. C’est dire qu’en l’absence de la défense qui a choisi de boycotter le prétoire pour des raisons qui lui est propre, la partie civile semble seule sur le terrain judiciaire pour s’arroger toutes les armes possibles afin enfoncer le candidat à la prochaine présidentielle et maire de Dakar.

Birama Thior-Senegal7