Accueil Actualités Remaniement : Macky peut-il se taper des ministres non-politiciens ?

Remaniement : Macky peut-il se taper des ministres non-politiciens ?

Il ne serait guère aisé de répondre à cette question de but-en-blanc mais il est possible d’en tenter une approche beaucoup plus caustique. En effet, sous nos cieux, il est quasi-impossible  à un ministre de la République de se défaire de sa posture politicienne car il est  supposé être l’un des gardiens du temple de l’échelle politique qui aura consacré l’avènement de leur pouvoir. Si, aujourd’hui le Président Macky  termine son second mandat en 2024, va-t-il pour autant se taper un gouvernement de technocrates ?

Un gouvernement de technocrates supposerait des ministres qui  travailleraient sans aucune posture politicienne. Non seulement, ils n’auraient plus besoin de descendre sur le terrain pour draguer l’électorat au profit de leur mentor, mais ils n’auraient guère besoin d’un quelconque poste électif. Du coup si tel est le cas, ils pourraient bien travailler sans aucune pression vis-vis de la clientèle politicienne dont ils font office de mécène pour toute activité à caractère politique. Dans le cas très spécifique du Président Macky, le nouvel attelage gouvernemental tant attendu pourrait être composé de technocrates,  mais qui auront la lourde tâche de satisfaire la demande sociale de façon régalienne. Ce qui ne serait guère aisé car sous nos cieux, les partisans du Chef de l’Etat sont souvent les premiers servis de la République avant les non-partisans. Le clientélisme politique étant une réalité liant le ministre aux troupes du Chef. Et par ce truchement aussi, le ministre pourrait être tenté de se tailler une base politique pour son avenir politique. S’il est coupé de la base militante, il  n’aurait plus les possibilités d’éclore ses ambitions politiques. Le second cas de figure concerne les élections locales et celles législatives. Ce sont des élections qui n’ont rien à voir avec le scrutin présidentiel. Ce sont des joutes de représentativité pour des postes électifs. En général, ce sont les Directeurs généraux, des Chef personnels, d’anciens maires ou députés qui seraient appelés à postuler pour ces postes. A moins que les ministres soient déployés en renforts pour  les appuyer sur le terrain. Ce qui, à l’arrivée permettrait au Chef de l’Etat de jouir d’une majorité confortable à l’assemblée nationale et au besoin contrôler l’essentiel des collectivités locales. Dire que le Chef de l’Etat pourrait bien se taper des ministres non-politiciens avec tout ce que ça comporte comme risques car, sous nos cieux, c’est  la politique politicienne qui est de mise.

Assane SEYE-Senegal7