Accueil Actualités Focus-Nomination d’Idy au Cese : L’engrenage !

Focus-Nomination d’Idy au Cese : L’engrenage !

Dans un Etat bâti sur un système judéo-chrétien, dans un pays formaté à la politique politicienne, dans un Sénégal où l’appât du gain s’improvise, les Sénégalais assistent impuissants au chaos du désespoir. Les élites s’éternisent au pouvoir, la relève se voit piétinée et le peuple brimé à dessein. Si c’est dans ce contexte d’adrénaline et de brouillage des pistes que le leader de Rewmi Idrissa Seck hérite du Conseil Economique Social et Environnemental (Cese), le Sénégal apparait aujourd’hui comme une « bonne pâte ».Et quand on est trop bonne pâte, on risque de finir dans le pétrin. L’engrenage !

La fortune reste dépositaire de l’esprit de Satan. Cet adage nous renvoie à un Sénégal où l’avoir et le pouvoir déterminent sournoisement les rapports de force entre citoyens. Les élites se la coulent douce, administrent le pays à leur guise, s’enrichissent et entendent rester au perchoir contre vents et marées. Le temple de Thémis leur sert d’épée de Damoclès pour réguler les hommes, truquer les échéances électorales et transformer le mensonge en une vérité de façade. Le contexte macro-économique éreinte le pays, les mallettes de milliards circulent au Palais et au sein de l’administration. Les sénégalais pour la plupart restent grabataires dans les hôpitaux, leur dignité réduite à un seul repas par jour. Les jeunes se donnent la mort jusqu’à la fibre océanique, les entreprises nationales sont contraints au dépôt de bilan. Les enseignants réduits en parents pauvres du système éducatif. Les élèves et étudiants ne savent plus à quel niveau vouer leur savoir. Le paysan réduit en mendiant, le citoyen transformé en chasseur de prime. Bref, tout dans ce pays tout est à refaire car, tout y devient sans que rien y soit. Le pays est très mal géré mais dans le verbe, le Sénégal apparaît comme un eldorado. On joue à se tromper au point de ne croire qu’à la tromperie, à la manipulation et à politique politicienne. Idy hérite du Cese, preuve que les sénégalais ont abdiqué dans leur volonté manifeste de revoir ceux qui les dirigent et qui entendent se perpétuer au pinacle contre leurs intérêts contingents. Les intellectuels piégés hésitent pour la plupart à se hisser au-dessus de la mêlée. Les Chefs religieux jouent à la fois sur la fibre religieuse et électorale pour rendre grâce à Dieu et réguler la société et les tenants de la richesse nationale. Mais au-delà de tout, le Sénégal est retombé dans l’engrenage politicien et ses compatriotes vont pour sûr en payer les pots cassés. De 1960 à nos jours, la classe politique dirigeante se sert éperdument du « bétail électoral »  pour se perpétuer au pouvoir. L’engrenage, c’est qu’aucune lueur d’espoir ne pointe à l’horizon d’un changement de paradigmes. Et la clé de cette mutation serait entre les mains de l’opposition mais aussi de la jeunesse citoyenne. L’engrenage !

Assane SEYE-Senegal7

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici