Les diadèmes précaires du Cng : Bira Sène bon pour Ardo !

0

L’arène de lutte sénégalaise  se morfond  dans une précarité  ambiante qui nous ramène à parler de diadèmes  précaires relativement  aux “nimbes” que portent les lutteurs avant de se livrer au combat. L’enjeu est de taille puisque la lutte est notre sport national mitoyen à notre culture sportive. Seulement depuis que Bira Sène a succédé à Dr Alioune Sarr à la tête du Cng, plus rien ne marche pour la lutte sénégalaise. Les combats se terminent par décision arbitrale et les amateurs ne se retrouvent plus dans leur sport national !

Les lutteurs s’accrochent aux diadèmes de leurs adversaires pour avoir une prise  lors des  combats de lutte. Dr Alioune Sarr ex-président du comité national de lutte (Cng) a fait son magistère mais aujourd’hui avec l’arrivée de Bira Sène,la lutte a connu un recul que personne n’attendait.

L’on assiste même à un véritable pilotage à vue car Bira ne semble pas maitriser son objet depuis qu’il est en poste.Les combats de lutte ne sont plus du goût des amateurs car ils se terminent tous par décision arbitrale. Bira est donc venu transformer la lutte en business et lui ôter toute passion qui faisait déchainer les foules.

L’affiche Siteu-Papa Sow a connu un échec cuisant et une violence jamais vue dans l’histoire de l’arène. Idem le combat Balla Guèye 2 et Bombardier a eu un goût amer car il s’est terminé en queue de poisson.

Bira est mal parti et ne semble pas comprendre qu’il est en train de plonger notre sport national dans l’abîme. Aujourd’hui sous son magistère, on ne peut parler que de diadème précaires de du Cng. Malheureusement !

Assane SEYE-Senegal7

Leave a comment