Accueil Actualités Dictature implacable : Macky « brûle » Khalifa Sall

Dictature implacable : Macky « brûle » Khalifa Sall

Le Chef de l’Etat Macky Sall a prestement mis fin aux fonctions du maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall. Et ce, après  que la décision de la cour d’appel  a confirmé la peine de ce dernier à 5 ans de prison assortis d’une amende de plus  d’un milliard  de FCFA. Du coup, la question est de se demander ce qui reste de Khalifa et de ceux qui l’ont porté au pinacle ?

Le sabre du Macky est encore tombé sur la tête du maire de Dakar Khalifa Sall qui a été révoqué de ses fonctions de premier magistrat de la ville de Dakar par décret présidentiel. Et ce décret  fait suite à la décision de la cour d’appel  qui a confirmé la peine de 5 ans de prison précédemment concédé à l’édile de la capitale, assortis d’une amende d’un milliard,800 millions FCFA. La majorité qui se démène comme un beau diable avance l’argument selon lequel, la décision de la Cour d’appel prive Khalifa Sall de la capacité juridique et de l’autorité morale nécessaires à l’exercice de ses fonctions. Une thèse battue en brèche par les  spécialistes en droit qui indiquent que tant que la procédure du  principal concerné n’est pas définitive, le maire ne peut faire l’objet de révocation comme c’est le cas présentement. S’y ajoute la volonté librement exprimée des Dakarois qui a été piétinée sur l’autel  de la politique politicienne. Il est vrai que l’exécutif  convoque « l’application des dispositions de l’article 135 du Code général des Collectivités territoriales » pour légitimer une telle décision mais c’est sans compter avec les sénégalais qui comprennent très bien que Khalifa Sall serait victime de cabale politico-judiciaire en raison de ses ambitions présidentialistes. Point barre. Condamné, révoqué et sacrifié, il ne reste presque plus rien de l’ancien maire de Dakar. Car durant tout le magistère du Président Macky, il a été toujours victime de manœuvres dont l’aboutissement ne pouvait être que l’emprisonner, l’empêcher de briguer la magistrature suprême, et au final le révoquer. La logique d’une dictature tout azimute. Et ce, devant le silence bruissant de la majorité  des sénégalais.

Assane SEYE-Senegal7

 

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments