Le premier baril de pétrole attendu en 2023 : Les Sénégalais s’agitent déjà !

0

Le premier baril de pétrole du champ Sangomar est attendu en 2023. D’abord prévue pour 2021, puis repoussée à 2022, la production des premiers barils de pétrole du gisement de Sangomar, dont la campagne de forage a débuté le 30 juin dernier, est attendue avant le premier trimestre de 2023.

Le Sénégal a été contraint de retarder ses premiers projets pétroliers et gaziers jusqu’à  deux ans en raison de la pandémie de coronavirus.

Le Champ Sangomar (anciennement Champ SNE), qui contient à  la fois du pétrole et du gaz, est situé à  100 km au sud de Dakar. Les travaux de la phase développement du champ Sangomar ont démarré au début de l’année 2020 et la première production de pétrole est prévue pour 2023.

La phase initiale appelée «â€‰Phase 1 du Développement du Champ Sangomar » (le Développement du champ Sangomar) a pour objectif de produire les unités de réservoir les moins complexes et de tester d’autres réservoirs en vue de l’exportation de gaz vers la côte sénégalaise. Cette phase du développement visera environ 230 millions de barils de pétrole brut.

D’après le communiqué, « Woodside a pris des mesures anticipatives afin de gérer de manière proactive les impacts émergents de la pandémie COVID-19 sur la chaîne d’approvisionnement et le calendrier du projet. En collaboration avec les sous-traitants du projet, l’État du Sénégal et ses partenaires de la joint-venture, Woodside évalue les options permettant de réduire le coût total ainsi que les dépenses à  court terme tout en protégeant la valeur globale de l’investissement.

La joint-venture Rufisque Offshore, Sangomar Offshore et Sangomar Offshore Profond (RSSD) constituée de Woodside (l’opérateur), Capricorn Senegal Limited (filiale de Cairn Energy PLC) FAR Limited et la Société des Pétroles du Sénégal (Petrosen), s’engage à  développer le Champ Sangomar conformément aux meilleures pratiques internationales de l’industrie et aux réglementations gouvernementales idoines. »

Le Chef de l’Etat a tenu à préciser  aux Sénégalais qu’il n’est pas question qu’ils pensent que les salaires feront l’objet d’augmentation relativement aux retombées du pétrole et du gaz. Même s’il écarte  les théories faisant état de « malédiction du pétrole »,il reste que les Sénégalais vivent toujours dans une extrême pauvreté et le coût de la vie à atteint un niveau de cherté jamais vu dans notre pays. Et c’est à juste raison que nos compatriotes s’agitent alors que rien n’est encore gagné.

Assane SEYE-Senegal7

 

Leave a comment