Accueil Actualités Bougane Gueye Dany : « Les embastillements d’esprits libres doivent cesser »

Bougane Gueye Dany : « Les embastillements d’esprits libres doivent cesser »

24 heures après sa visite à Ousmane Sonko, Bougane Gueye Dany a encore étalé sa préoccupation face à la « chasse aux « pastéfiens ». Le leader du mouvement Gueum Sa Bopp s’est également indigné face aux « embastillements d’esprits libres ». Texte intégral :

« Hier j’ai rencontré un homme serein, convaincu que le Sénégal est face à son destin. Après la levée illégale de son immunité du fait d’une majorité mécanique aux ordres de qui vous savez malgré la séparation des pouvoirs, j’ai tenu à lui manifester toute ma sympathie et lui dire que je me tenais prêt à ses côtés face à cette entreprise machiavelique.
Vous savez, Ousmane Sonko et moi au-delà de la génération que nous partageons même s’il est mon aîné, nous partageons les mêmes convictions pour mettre résolument le Sénégal sur la voie du développement et aussi intégrer notre pays dans le giron des états de droits.
Depuis l’éclatement de cette affaire nous assistons à une chasse aux Pastefiens, il faut que ça cesse et nous demandons, à Maky Sall, leur libération immédiate.
Ces confiscations de libertés témoignent d’une régression démocratique flagrante. Les embastillements d’esprits libres doivent cesser et personne ne pourra contraindre Macky Sall si ce n’est nous, les jeunes et patriotes de ce pays.
Toutefois, il faut rappeler que ce pays a une longue histoire sur le plan de la démocratie et plusieurs générations se sont données corps et âmes pour y arriver.
Nos acquis démocratiques historiques, il faut les préserver. L’honneur de chacun d’entre nous, est de travailler pour la préservation de ces legs conquis de haute lutte pendant près de 70 ans. D’ailleurs le silence de certains de nos intellectuels et hommes religieux devrait interpeller notre intelligence. Refusons le délitement de l’Etat républicain. On peut détenir un pouvoir sans que cela ne soit un pouvoir d’Etat. Ousmane Sonko incarne et assume aujourd’hui avec bravoure les charges naturelles de leader incontesté de l’opposition et ses idéaux sont partagés par tous ceux qui aspirent à un Sénégal meilleur et pour les Sénégalais d’abord. Ce statut fait de lui l’homme à abattre après Karim Wade et Khalifa Sall.
C’est regrettable ce qui se passe au Senegal depuis 2012. Aujourd’hui c’est au tour de Ousmane Sonko alors qui sera le prochain sur sa liste ? Peut-être moi ? vous ?Qui sait ?
Les faillites constatées des classes intellectuelles et politiques qui excellent particulièrement dans les compromissions, nous poussent à enfiler nos tenues de combat, nous citoyens sénégalais, pour défendre la République.
Le pouvoir d’Etat est au dessus de celui qui incarne l’Etat lui-même. Alors le Président Maky Sall doit comprendre que le pouvoir de l’Etat est au dessus des hommes. Que ce soit clair, aucun Chef d’état ne doit utiliser les instruments qui régulent notre Etat pour éliminer des adversaires politiques. J’interpelle notre administration, nos forces de sécurités et notre justice à œuvrer sans relâche pour la consolidation de l’état de droits.
Avec cet épisode malheureux dont notre frère Ousmane Sonko est victime, un changement de paradigme s’impose dans une demarche de rupture progressive mais citoyenne, donc républicaine, pour remettre le Sénégal sur les rails d’une grande démocratie.
Enfin à mon frère Ousmane Sonko, vous avez mon soutien et par ma voix le soutien des hommes et femmes du mouvement Gueum Sa Bopp, dans cette épreuve. Utilisez tous les moyens légaux et réglementaires prévus par la loi pour répondre ou ne pas répondre à la justice en qui nous avons une entière confiance.