Accueil Actualités Affaire Aliou Sall : Pourquoi l’auto-saisine par le Procureur a fait...

Affaire Aliou Sall : Pourquoi l’auto-saisine par le Procureur a fait défaut ?

Dans un pays où les normes et procédures sont en crise, dans un pays où le citoyen  est angoissé   à l’idée d’ester en Justice, rétablir les équilibres du point de vue de l’égalité des citoyens devient une urgence majeure. Les dossiers qui concernent les citoyens moyens ou l’opposition sont toujours susceptibles d’être enclenchés par l’auto-saisine du Procureur. Mais s’agissant des dossiers qui proviennent des tenants du pouvoir, le maître des poursuites lorgne d’abord du côté du parquet lequel coiffé par le ministère de la Justice, avant d’agir. Et le dossier très controversé du frère du président a encore édifié les Sénégalais sur la façon unilatérale dont le Temple de Thémis fonctionne.

Révulsés par des pratiques peu orthodoxes au sein du Temple de Thémis, les Sénégalais ne comprennent toujours pas pourquoi le destin les a réservés  une Justice où il y a d’excellents magistrats mais qui restent assujettis à un système politique tout aussi obsolète et quasi inamovible pour l’assouvissement de ses desseins. La remarque est d’autant plus importante que les Sénégalais en sont arrivés à être tétanisés  dès qu’il s’agit de se tourner vers la justice lorsque   leurs droits  se retrouvent lésés. A l’évidence, la Justice est d’abord érigée en « pouvoir » et non en « autorité ».La nuance aura été de taille car un pouvoir a tendance à être illimité tandis que l’autorité obéit à un certain contingentement. S’y  ajoute la larmoyante question du parquet qui reste  congénital à la genèse du département de la Justice à la tête de laquelle, trône le ministre de la Justice qui lui-même  obéit aux ordres du  Président de la République qui préside aux destinées du Conseil Supérieur de la Magistrature(CSM). Une véritable chaîne de responsabilité qui ôte de facto toute possibilité aux magistrats et agents de la Justice de jouir d’une réelle indépendance. Quand la posture partisane de la « majorité » empiète   prosaïquement sur les principes républicains, il reste clair que seuls ceux qui ne sont pas du côté du pouvoir sont  souvent soumis à une procédure judiciaire qui les voue aux gémonies. Les affaires Khalifa Sall et Karim  Wade n’ont jamais  connu de lenteurs, encore moins de jugement équitable et légal d’après les opposants. Mais cela n’a pas empêché aux autorités judiciaires de les cribler et de les condamner à souhait. Comble du destin,aujourd’hui, c’est le frère du Chef de l’Etat qui se retrouve dans une posture tout aussi gravissime. Mais il semblerait que les aiguilles de la « montre » se sont inversées. Qu’il n’est pas question d’appliquer à un proche du Chef suprême ce que doivent endurer ceux qui sont du camp d’en face. Voilà pourquoi le Procureur de la République a daigné attendre le feu vert de la hiérarchie pour  ouvrir le dossier d’Aliou Sall. En tous les cas, dans le système judiciaire Sénégalais, seul le « devoir d’ingratitude » du juge est susceptible de donner l’impression aux citoyens que la Justice tend vers son indépendance.C’est à dire se mettre à dos de la hiérarchie dans le seul but de faire triompher la vérité. A contrario, le Sénégal sera toujours sous le joug de la Justice des tenants du pouvoir.

Assane SEYE-Senegal7