Accueil Actualités Propos éthnicistes : L’engrenage d’un pays basculant !

Propos éthnicistes : L’engrenage d’un pays basculant !

L’on ne se croirait même pas au Sénégal tant le pays de la teranga en est devenu une  poudrière où les germes  d’un chaos indescriptible se dessinent dans les consciences. La violence est dans le verbe, les mines incendiaires, le doigt indexant et les propos virulents. Politiciens véreux, citoyens éperdus, étrangers  chicaneurs, tous coupables. Et au centre de ce menu chaotique, le contrôle de l’avoir et du  pouvoir assorti d’un recul démocratique qui risque de perdre notre pays.

De la même manière  que les chefs religieux ont  tiré les sénégalais du cycle de la violence, relativement aux journées émeutières des 3,4 et 5 mars derniers consécutives à l’arrestation d’Ousmane Sonko, les propos ethnicistes qui accablent notre pays ces derniers temps, doivent nous inciter à faire appel de nouveau à ces dignitaires religieux.

Le Sénégal est réellement en danger et à chaque fois que l’on bascule dans le chaos, ce sont nos soufis qui nous tirent du guêpier. Nos politiciens d’obédience confondue  ont échoué sur toute la ligne. Les citoyens égarés comme des moutons de panurge ne savent plus quelle direction prendre.

Le recul démocratique  sous nos cieux en est arrivé à son paroxysme. Basculant dans une injustice sociale jamais vécue par nos compatriotes. L’opposition en premier s’émiette  avec en bandoulière, un discours incendiaire, nihiliste, et dépourvu de programme.

Les ambitions s’entrechoquent en son sein sans que leurs acteurs en arrivent à s’assurer un minimum de représentativité politique susceptible de contrebalancer le pouvoir. De ce dernier, on retiendra la boulimie d’écraser tous les citoyens et sa propension à réduire l’opposition à sa plus petite expression. Tout en s’adossant à un fichier électoral qui lui garantit ses victoires.

Jetant ed fait l’argent du contribuable à la fenêtre sans se soucier des  super priorités du pays, ces tenants du pouvoir n’auraient aucune notion pour diriger un Etat. Et un pouvoir ne jouissant plus d’une once de légitimité serait tenté de basculer dans des propos fractionnistes pour se dédouaner de ces patents échecs et  espérer ainsi s’accrocher à son gouvernail.

L’opposition  à la posture victimaire s’appuie sur ces propos identitaires pour faire croire à l’opinion que c’est le pouvoir qui freine des quatre fers. Et dans ce chaos où les germes bouillonnent, l’on s’achemine inexorablement  vers une catastrophe irréversible.

Après plus d’une dizaine de manifestants morts, n’eut été la promptitude des chefs religieux, le Sénégal serait un amas de ruines. La fibre ethnique est agitée à tout-va par tous les acteurs politiques.

De grâce, faisons appel une énième fois à nos chefs religieux afin qu’ils tirent encore les sénégalais du guêpier. Qu’ils mettent fin de façon  péremptoire au discours ethnicistes avant qu’il ne soit trop tard. A contrario, ce serait la catastrophe sur terre pour tous les sénégalais.

Assane SEYE-Senegal7