Accueil Actualités Abdou Latif Coulibaly sur les récentes manifs: « Il faut tenir compte de...

Abdou Latif Coulibaly sur les récentes manifs: « Il faut tenir compte de l’alerte sérieuse qui a été lancée »

Abdou Latif Coulibaly

Abdou Latif Coulibaly s’est prononcé sur les récentes manifestations qui ont engendré des pertes en vies humaines et de nombreux dégâts. Le ministre secrétaire général du gouvernement soutient qu’il faut tirer les enseignements de ces violents troubles même si « l’Etat fait des efforts pour répondre aux préoccupations des jeunes ».

« Le seul moment où on peut acter une rupture, c’est lors d’un scrutin. Les élections locales, qui pourraient se tenir cette année, et les législatives en 2022 seront un moyen de le mesurer. Mais il faut tenir compte de l’alerte sérieuse qui a été lancée. Pourtant, cela ne veut pas dire que rien n’a été fait pour cette jeunesse », soutient Latif Coulibaly dans un entretien avec jeuneafrique.com.

Interpellé sur le train de vie de l’Etat qui est l’un des aspects qui ont cristallisé la colère des manifestants, Abdou Latif Coulibaly d’évoquer les efforts faits par le gouvernement du Sénégal pour réduire les dépenses publiques.

« Je peux comprendre ces reproches émanant d’opposants, qui les identifient comme étant des dépenses de prestige. Mais le gouvernement fait des efforts réels pour réduire la dépense publique. De 2012 à aujourd’hui, la facture téléphonique des autorités politiques et administratives est passée de 35 milliards de FCFA à moins de 7 milliards. Nous travaillons aussi à la réduction des dépenses consacrées à l’achat et l’entretien des véhicules et des coûts de déplacement », défend-il.

Au sujet du manque d’emploi des jeunes, le ministre secrétaire général du gouvernement évoque le manque de formation, l’employabilité des jeunes entre autres.

« L’une des raisons principales qui explique le chômage et le désœuvrement des jeunes tient à plusieurs facteurs : le profil des demandeurs d’emploi, le manque de formation, l’employabilité des jeunes, l’absence de structures qui puisse les préparer au marché de l’emploi, l’étroitesse de ce marché. La situation est telle que si vous prenez dix jeunes qui cherchent du travail, huit n’auront pas de qualification particulière. Les deux restants auront des difficultés pour s’insérer, car leur profil ne répondra pas aux demandes des entreprises », explique-t-il.

A.K.C – Senegal7