Accueil Actualités Accalmie émeutière : Au-delà des médiations, à quel Sénégal se fier...

Accalmie émeutière : Au-delà des médiations, à quel Sénégal se fier !

Une radioscopie  des dernières journées  émeutières qui ont placé notre pays  sous les feux de la rampe, relativement à l’affaire Ousmane Sonko-Adji Sarr, c’est l’arbre  qui cache  la forêt d’une impasse nationale. S’il est vrai que les Chefs religieux ont sauvé  le Sénégal d’une spirale de violences monstres, il n’en demeure pas moins vrai qu’au-delà des médiations, rien n’est réglé. L’accalmie règne en maître mais la justice fait profil bas, les sénégalais divisés, la vérité tronquée et l’Etat groggy !

Dans l’affaire Ousmane Sonko-Adji Sarr, il convient de définir de façon explicite les véritables protagonistes de la situation. Il s’agit en effet du leader de Pastef Ousmane Sonko et du pouvoir en place symbolisé par Sidy Mohameth Mbaye neveu de Maodo Malick Mbaye, un proche du Chef de l’Etat Macky Sall.

De fait, Adji Sarr ne serait qu’un pion dûment élaboré pour résoudre une équation devenue insoluble aux yeux de tous les sénégalais. Cette masseuse  a accusé Ousmane Sonko de viol et de menace de mort.

L’immunité parlementaire du député de Pastef fut levée de façon carnavalesque et Sonko fut arrêté pour trouble à l’ordre public alors qu’il déferrait à la convocation du juge. Il n’en fallait pas plus pour que tout le pays s’embrase.

La suite est connue de tous.14 manifestants sont morts lors des  émeutes et les dégâts matériels incommensurables sur l’ensemble du territoire national. Tous les yeux du monde restaient braqués sur le Sénégal devenu méconnaissable en raison des mouvements de violences qui allaient crescendo.

Fort heureusement, la médiation des chefs religieux a sauvé le pays. La situation s’est calmée mais cette accalmie cache bien des zones d’ombre.

La médiation des chefs religieux doit-elle avoir raison  du fonctionnement normal de l’Etat, de la séparation des pouvoirs, de la diligence de la justice, des droits fondamentaux de l’opposition, de la complexité de l’affaire Sonko, du recul démocratique, du report  perpétuel des élections, bref, d’un Sénégal à refondre ?

A l’évidence, les maux qui gangrènent le Sénégal présentement sont congénitaux à la survenance du pouvoir de Macky  Sall. L’on peut présumer que la confiance n’est plus de mise entre l’Etat et les administrés, entre Sonko et la justice, entre  le Macky et les sénégalais et entre concitoyens.

Et pour mettre le feu au poudre, l’on agite des propos fractionnistes de nature à jeter de l’huile sur le feu. La question est aujourd’hui de se demander à quel Sénégal se fier au-delà de la médiation de nos illustres chefs religieux sans qui, le pays serait un brasier !

Assane SEYE-Senegal7